Share |

Pays-Bas : L’auteur de propos antisémites se retire d’un événement sur la Shoah

Pays-Bas : L’auteur de propos antisémites se retire d’un événement sur la Shoah

Abdelkader Benali a déclaré que par le passé, il se sentait mal à l'aise avec les Juifs d'Amsterdam, qualifiant Gaza de "ghetto"

Par Cnaan Liphshiz 

AMSTERDAM (JTA) – Au milieu des protestations de survivants néerlandais de la Shoah, un auteur, qui a qualifié Gaza de « ghetto » et déclaré se sentir mal à l’aise en présence de Juifs, a démissionné de son poste de conférencier principal de la cérémonie nationale commémorant les victimes du génocide.

Dans un communiqué publié jeudi sur le site du Comité national des 4 et 5 mai, l’auteur néerlando-marocain Abdelkader Benali a écrit que le jour de la commémoration nationale, « nous nous réunissons pour commémorer et la discussion autour de mes propos ne doit pas nous distraire de cela. J’ai donc décidé qu’il valait mieux que quelqu’un d’autre prononce le discours ».

Benali, qui a été nommé lundi par le comité comme orateur principal, a déclaré en 2006 lors d’une conversation avec un journaliste que le sud d’Amsterdam « est plein de Juifs ». Et c’est ennuyeux qu’ils soient si nombreux. Les Juifs d’Amsterdam. Cela vous met mal à l’aise en tant que Marocain. Ça ressemble à Israël. Il y a tellement de juifs que ça semble fou ».

Dans une interview publiée mercredi dans le journal Het Parool, Benali a reconnu que « j’ai tenu ces propos », mais que c’était pendant la seconde guerre du Liban et que « nous nous sommes défoulés ». J’étais ivre pendant la fête. C’était de l’humour noir, de l’ironie et du mauvais goût, qui, rétrospectivement, étaient déplacés ».

Il a ajouté : « Je comprends que les Juifs soient offensés par ces remarques s’ils ne connaissent pas les circonstances. Je n’ai pas voulu dire cela. Je prends mes distances par rapport à ces remarques, elles n’étaient pas voulues littéralement. J’ai aussi des amis juifs et j’interviewe des auteurs juifs ».

Dans un article de 2009, Benali a écrit que « Gaza est un ghetto » et qu’un homme juif portant une kippa « en échange d’argent » lui a fait visiter la ville israélienne de Sderot, « où beaucoup de gens parlent russe ».

Plusieurs survivants de la Shoah aux Pays-Bas ont appelé la communauté juive du pays à rompre les liens avec l’organisme national néerlandais de commémoration du génocide s’il accueillait Benali comme prévu.

Le Comité national des 4 et 5 mai a un passé de décisions controversées, selon l’un des survivants, Avraham Roet. Il est un ancien camarade de classe d’Anne Frank et un leader dans la lutte pour la restitution. Trois de ses cinq frères et sœurs ont été assassinés pendant la Shoah, et il a survécu en se cachant.
Avraham Roet en 2020. (Capture d’écran sur YouTube)

« Habituellement, quand les gens sont ivres, ils disent ce qu’ils pensent », a dit Roet, qui vit maintenant en Israël, à propos de Benali. « Les personnes qui font partie du comité doivent être remplacées. « Leurs actions et leurs antécédents montrent qu’il n’y a aucune possibilité de coopérer avec eux pour la commémoration de la Shoah. »

Salo Muller, un enfant survivant de la Shoah dont les parents ont été assassinés, a déclaré qu’il avait l’intention de boycotter l’événement s’il présentait Benali.

« Je n’y prendrai certainement pas part », a-t-il déclaré. M. Muller a également déclaré que le comité « a déraillé, s’est égaré » et a été « inapte à accueillir les Juifs » pendant des années.

Muller, ancien kinésithérapeute de l’équipe de football de l’Ajax, a mené une campagne réussie en 2019 pour que la société ferroviaire nationale NS offre une compensation aux Juifs qu’elle a aidé à transporter vers les camps de la mort.

Manfred Gerstenfeld, un spécialiste de l’antisémitisme vivant à Jérusalem qui a survécu à la Shoah en se cachant enfant aux Pays-Bas, a déclaré que les juifs néerlandais « doivent faire entendre leur voix sur ce dernier choix inacceptable » du comité. Si le projet d’accueillir Benali se réalise, il a déclaré que « les victimes néerlandaises de la Shoah ne devraient rien à faire avec le comité et l’événement à venir ».

Benali rejoint une liste de choix controversés du comité en tant qu’orateur principal. En 2012, le comité a tiré de son programme un poème d’un adolescent pour son grand-oncle, un soldat SS mort au combat. Le poème décrivait le soldat mort comme une victime de la Seconde Guerre mondiale, ce qui a suscité un débat qui a conduit à sa suppression et à des excuses de la part du comité.

En 2017, le comité a nommé comme « ambassadeur de la paix » un rappeur, Emerson Akachar, qui, lors d’un match de football l’année précédente, a été filmé en train de crier « Hamas, Hamas, Juifs au gaz ». Suite à un tollé, le comité a retiré ce titre à Akachar.

Le comité n’a pas répondu aux demandes de commentaires de la JTA.

Contenu Correspondant