Share |

WASHINGTON: LA CONTRIBUTION DU ROI À LA RÉHABILITATION DES CIMETIÈRES DES JUIFS AU CAP-VERT HAUTEMENT SALUÉE

WASHINGTON: LA CONTRIBUTION DU ROI À LA RÉHABILITATION DES CIMETIÈRES DES JUIFS AU CAP-VERT HAUTEMENT SALUÉE

 

La contribution du roi Mohammed VI à un projet de réhabilitation au Cap-Vert des cimetières des juifs originaires du Maroc a été hautement saluée lors d'une cérémonie organisée ce week-end à North Bethesda (Etat du Maryland), dans la proche banlieue de Washington DC.

Au cours de cette rencontre, abritée par la synagogue séfarade Magen David, avec le soutien des ambassades du Royaume du Maroc et du Cap-Vert, en présence de diplomates et de membres de la communauté juive américaine notamment celle originaire du Maroc, les participants ont rendu un vibrant hommage au roi pour la haute sollicitude du souverain en faveur de la restauration et la préservation du patrimoine juif au Maroc, mais aussi à l’étranger.

En témoigne la contribution généreuse que le roi a bien voulu apporter pour la réalisation du projet de restauration des cimetières qui accueillent les tombes de juifs originaires du Maroc, ayant émigré au Cap-Vert au XIXe siècle.

"Nous sommes très reconnaissants à Sa Majesté le Roi Mohammed VI", a déclaré à la MAP Carol Castiel, présidente de l’ONG à but non lucratif "Cape Verde Jewish Heritage Project" (CVJFP), qui a été à l’origine de ce programme.

"Sans cette contribution en 2011, ce projet n’aurait jamais pu voir le jour", a-t-elle dit, mettant en avant "le leadership de Sa Majesté le Roi et les actions mises en  œuvre par le Souverain afin d’honorer le patrimoine juif marocain dans un pays catholique".

Carol Castiel a, par ailleurs, rappelé qu’en juin 2015, une délégation de juifs du Cap-Vert avait effectué un voyage dans le pays de leurs ancêtres, le Maroc, à l’initiative du ministère des Marocains résidents à l’étranger et des affaires de la migration, exprimant son admiration de l’accueil chaleureux qui leur été réservé.

Elle a également mis en avant la contribution des chercheurs marocains, notamment l’historien Mohamed Kenbib, au travail de recherche sur la mémoire des juifs du Cap-Vert.

La célèbre chanteuse vocaliste cap-verdienne Gardenia Benros, qui a été l’invitée d’honneur de cette soirée, a été de ce voyage et a exprimé sa fierté de retrouver la maison de ces ancêtres à Tanger et l’écriteau "Benarous", toujours visible sur la porte d’entrée.

Elle affirme que le voyage au Maroc l'a inspirée pour créer une fusion unique combinant des rythmes traditionnels cap-verdiens et marocains.

C’est Carol Carol Castiel qui a été à l’origine du travail de mise en valeur de l’existence de juifs d’origine marocaine au Cap-Vert. En effet, plusieurs centaines de juifs du Maroc, originaires de Tanger, Tétouan, Rabat et Mogador ont immigré au Cap-Vert, qui était alors une colonie portugaise. Beaucoup passèrent d'abord par Gibraltar.

Cette cérémonie, tenue en présence de plusieurs diplomates de pays lusophones dont l’ambassadeur du Cap-Vert, Carlos Wahnon Veiga, lui-même descendant de juifs marocains, et du responsable de la diplomatie publique à l’ambassade du Maroc à Washington, Larbi Rmiki, a été agrémentée par des chants interprétés par Gardiena Benros, qui a emmené l’assistance dans son Cap-Vert natal, ponctuant les moments musicaux par des récits de son propre cheminement en tant qu’artiste dépositaire d’une grande tradition musicale transmise par sa grand-mère.

Clôturant la soirée en apothéose, la soprano, accompagnée par Claude, un percussionniste d’origine casablancaise, s’est même essayée à des rythmes typiquement marocains, ce qui lui a valu une standing ovation de l’assistance.

Par Le360 (avec MAP)

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Contenu Correspondant