Share |

« Pèlerinages, rites et traditions des juifs du Maroc » de Nina Banon

 

 

« Pèlerinages, rites et traditions des juifs du Maroc » de Nina Banon est un mémorandum sur le patrimoine séculaire de la communauté juive marocaine.

 

 

«Pèlerinages, rites et traditions des juifs du Maroc » est un ouvrage incontestablement intemporel. Si sa première parution remonte à 1998, sa réédition méritait d'être signalée, tant ce guide a valeur, à la fois pratique et symbolique pour la communauté juive, mais bien au-delà, pour tous les Marocains.
«J'avais à cœur de faire connaître les multiples richesses et facettes du Maroc», déclare Nina Banon, l'auteure de l'ouvrage. Une volonté qui s'accompagne aussi et surtout d'une ambition d'historienne, puisque Nina Banon a souhaité à travers ce guide faire découvrir le véritable legs de la communauté juive au Maroc et rappeler la présence millénaire des juifs au Maroc, dont les apports culturels et patrimoniaux sont incontestables pour le Royaume.

Lieux de pèlerinages, rites et traditions sont ainsi recensés avec une véritable ferveur afin de combler le vide en la matière. «Alors qu'il existe beaucoup de livres sur la cuisine juive, les livres sur le pèlerinage, les rites et les traditions sont rares», déplore Nina Banon, ajoutant que son travail sur les Saints n'a pas été des plus simples puisqu'il a fallu se rendre sur les lieux et que malheureusement le temps avait bien souvent fait son œuvre. «Si j'ai pu visiter des sanctuaires, recueillir les témoignages des habitants sur place qui ont conservé en mémoire l'histoire de ces lieux, des amis proches ou lointains me communiquaient des photos ou des documents qui m'ont permis de réussir ce fabuleux travail de collecte», confie Nina Banon.

Une hagiographie exhaustive a donc été constituée par l'auteure qui retrace la vie, l'histoire des plus grands saints du Maroc. De Sefrou à Ouezzane en passant par Fès et Marrakech, Nina Banon reconstitue, tel un fil d'Ariane, les tombeaux de rabbins illustres ou plus modestes, les mausolées de savants talmudistes, les synagogues ou encore les musées du judaïsme, le tout émaillé de quelques anecdotes qui ajoutent à l'intérêt de l'ouvrage, comme cette femme frappée de cécité qui recouvre miraculeusement la vue grâce à Rabbi Eliahou. Considéré comme le patron de la ville de Casablanca, Rabbi Eliahou a aujourd'hui un mausolée à sa mémoire.

«Pèlerinages, rites et traditions des juifs du Maroc», c'est une invitation faite à la diaspora juive à venir accomplir un pèlerinage et à se recueillir sur les traces de ses ancêtres, mais aussi à redécouvrir les frères de toujours, les musulmans et «leur sens de l'hospitalité légendaire». Une invitation à laquelle nombre de personnalités juives ont répondu présents, tel que l'ex-ministre Shimon Perez qui a fait visiter à son petit-fils Marrakech, la ville natale de ses grands parents.

«Où qu'ils soient, de par le monde, tient à souligner Nina banon, les juifs marocains portent en eux la passion de leur culture et de leur identité marocaines, qui restent indéfectibles, même face aux changements qui s'opèrent dans le monde» souligne Nina Banon. En tout état de cause, Nina banon aura célébré, par cette démarche inédite, l'identité plurielle de l'une des communautés sépharades les plus «anciennes et les plus dynamiques» dans le monde et rappelé le «profond attachement» des juifs marocains à leur patrie, le Maroc.

Parcours

Journaliste de la première heure, Nani Banon a fait ses premières armes à Radio Tanger Internationale de 1950 à 1960. Militante, avant-gardiste au service de l'art, de la culture et de la communication, Nina Banon s'est toujours distinguée par son dynamisme, ses idées novatrices, sa créativité et sa générosité. Ainsi, elle a été à l'origine de spectacles internationaux où se sont produites les plus grandes stars de la chanson égyptienne et française. Najat Saghuira, Najoua Fouad, mais aussi Johnny Halliday, Sacha Distel, Dalida, Demis Roussos ont compté parmi ses plus prestigieux invités. Dans un tout autre registre, elle a également organisé des corridas avec les frères Catella, propriétaires des «Arènes» de Casablanca et de prestigieux toreros, tels que Paco Camino ou Luis Miguel Dominguin, corridas auxquelles a assisté Feu S.A.R. Moulay Abdellah. Elle s'est également vu confier la régie exclusive de «Jeune Afrique» de 1964 à 1969. C'est en 1972 qu'elle publie son premier ouvrage «Maroc, Guide et histoire».

 

 

 

 

 

 

 

Par Samira EZZEL | LE MATIN

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

En lisant…. C'est une femme exceptionnelle belle etgénéreuse que sa generosite l'accompagne pour une longue vie heureuse et en santé. Car elle le merite.

HORS SUJET.... MAIS JE VAIS QUAND MEME COMMENTER .LORS DU MATCH DE FOOT ENTRE LE RAJA DE CASABLANCA ET LE CLUB SETIF L ALGERIEN LE VENDREDI 01/05/2015 EN ALGERIE LA POLICE ALGERIENNE A TABASSE LES MAROCAINS ET LA POLICE ONT INSULTES LES MAROCAINS ON LES TRAITANT DE JUIFS . LES POLICIERS AU STADE NOUS ON DIT NTOUMA YHOOD YA MGHARBA .
C EST COMME LE MOT YHOOD EST UNE INSULTE....... PUIS UNE PARTIE DU PUBLIC AU STADE ALGERIEN ONT HURLES .......... MGHARBA YHOOD ............MGHARBA YHOOD PENDANT PLUS DE 6 MUNITES . ENCORE UNE BIZZARERIE ALGERIENNE...

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant