Share |

Ari, le Lion

Ari, le Lion
Isaac Louria Ashkenazi (1534- 1572)

Rabbi Isaac Ashkenazi de Louria, rabbin et cabaliste, est considéré comme le penseur le plus profond du mysticisme juif et comme le fondateur de l'école cabalistique de Safed.

Isaac Louria Ashkenazi est connu sous le nom de Ha Ari, « le lion », abréviation de Ha-Elohi Rabi Ytshak, « le divin Rabi Isaac ».
Il descend par son père des Ashkenazi, originaires d’Allemagne ou de Pologne et des Frances par sa mère.
Isaac Louria a été formé en Egypte, notamment auprès du cabaliste espagnol David ben Salomon ibn Abi Zimra (1479-1573/1589).
Durant cette période, il se consacre à la lecture du Zohar, étudie les premiers cabalistes ainsi que l’oeuvre de ses contemporains, notamment celle de Moïse Cordovero (1522-1570).
Il rédige alors son unique traité, le Sifre di –Tsniuta.
En 1569 ou 1570 il s’installe à Safed ou il forme des disciples qui transmettront après sa mort l’essentiel de ses enseignements transmis oralement. C‘est le cas du plus illustre d’entre eux, Haïm Vital qui rédigea la plupart des écrits de la Cabale dite lourianique.
« Figure dominante de la cabale théosophique après l'Expulsion des Juifs d'Espagne (1492), il est l'auteur indirect d'une oeuvre immense qui s'imposera peu à peu comme la version la plus achevée de la doctrine ésotérique juive. Il ne rédigea lui-même que quelques rares commentaires, mais ses disciples, parmi lesquels Hayim Vital, couchèrent ses enseignements oraux sur le papier. Considéré comme un personnage visité par l'Esprit Saint et le prophète Elie, il était capable de percevoir l'origine de l'âme de ses interlocuteurs, ses migrations lors de ses vies antérieures, et il pouvait prescrire les "réparations" nécessaires au salut définitif de leur âme. De son propre aveu, sa prodigieuse fécondité intellectuelle l'empêcha de figer par écrit le flot de pensées qui jaillissaient sans cesse de son âme. De nombreuses légendes hagiographiques circulèrent très tôt sur son compte et certains le reconnurent comme un précurseur du Messie. Sa doctrine théosophique prodigieusement complexe et riche fut exposée dans L'arbre de Vie ('Ets Hayim) par Vital »
Charles Mopsik, Le Dictionnaire des cabalistes.
Source: Geoffroy Wigoder, Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, Les Editions du Cerf, 1993.
Charles Mopsik, Dictionnaire des cabalistes, http://www.chez.com/jec2/dicablist.htm
 

Contenu Correspondant