Share |

Au Maroc, Juifs et Musulmans étudient côte-à-côte, mais pour combien de temps?

Au Maroc, Juifs et Musulmans étudient côte-à-côte, mais pour combien de temps?

 

 

 

Il y a environ 400 ans, la communauté juive marocaine a forgé un lien solide avec la dynastie régnante du pays, des Alaouites.


Par Madeline Gressel, Zoe Lake, Siyi Chen, Kelsey Doyle et Khadija Boukharfane

 

Pour beaucoup de gens, le judaïsme au Moyen-Orient évoque des images de discorde. Mais le Maroc est une exception - il est un lieu où les Juifs ne sont pas seulement tolérés, mais considérés dans certains milieux comme une partie importante de l'histoire et de la culture du pays. Il ya environ 400 ans, la communauté juive marocaine a forgé un lien solide avec la dynastie régnante du pays, des Alaouites. Au 20e siècle, les persécutions à travers l'Europe ont apporté de nouvelles vagues d'immigrants juifs qui ont trouvé refuge au Maroc. Leur espoir ne fut pas vain - en 1940, lorsque le Gouvernement français contrôlée par les nazis a promulgué des décrets antisémites, le Sultan alaouite Mohammed V les a rejeté. Il a refusé de demander à ses sujets juifs à porter les étoiles jaunes. "Il n'y a pas de juifs au Maroc. Il ya seulement des sujets", aurait-il dit.

 

Aujourd'hui, au Maroc, les Juifs jouissent des mêmes droits et privilèges. L'un des principaux conseillers du roi Mohammed VI, André Azoulay, est juif. Le Maroc a aussi des écoles juives financées par l'Etat et les tribunaux religieux juifs. Dans les tribunaux juifs du pays, les Bet Din, les affaires civiles sont entendues et jugées par des Rabbins. Le Bet Din marocain est le seul système de Justice juif existant en dehors d'Israël, officiellement reconnu comme un organe juridique national et situé dans les mêmes locaux que les tribunaux musulmans.

 

Pourtant, malgré ce climat de tolérance, la population juive du Maroc est en baisse constante. Et bien que les Juifs marocains soient en grande partie libres des persécutions et de l'animosité auxquelles ils peuvent faire face dans d'autres pays musulmans, la série d'attentats-suicides de mai 2003 à Casablanca qui a ciblé des sites de la vie juive et tué des Juifs marocains a créé un traumatisme... La population juive du pays, qui dépassait les 250 000 âmes dans les années après-guerre ne compte plus que 4 000 indicidus environ aujourd'hui... 

Lire l'intégralité.

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

pour nous la majorité des marocaines nous considérons les juifs marocains comme citoyens marocains , nous souhaitons que ceux qu'ont quitter le Maroc pour Israël reviennent dans leur pays

Contenu Correspondant