Share |

FN, européennes : je suis expatriée. Et s'il fallait quitter la France pour l'aimer ? Par Sandrine Kukurudz

FN, européennes : je suis expatriée. Et s'il fallait quitter la France pour l'aimer ?

 

Édité par Lison Lagroy

  

Depuis dimanche soir, une morosité nouvelle s’est emparée de tous les Français qui n’ont pas voté pour le Front national. Ils ont mal à la France, à leur France.

 

Certains Français ont honte 

 

Désespérés, ils ne savent où se tourner, persuadés qu’il est déjà trop tard.

 

La France a prouvé hier qu’elle retombait dans le piège populiste de l’entre-deux-guerres. Les 75% d’électeurs qui n’ont pas voté Front national ont honte en ce début de semaine.

 

Honte que le premier parti de France soit celui de la haine et du rejet.

 

Il faut défendre la France et son impressionnante culture

 

Pourtant, de part et d’autres, on cherche à être fier de son pays.

 

Les uns avançant une République fraternelle et sociale, les autres défendant une France bleu blanc rouge, attachée à un patrimoine qui se serait arrêté il y a plusieurs décennies.

 

Alors comment être fier d’être français sans tomber dans tous les travers politiques de tout bord ?

 

En étant français de l’étranger. En défendant ce que la France a de plus fort, sa culture et ses valeurs, sa gastronomie et son élégance. À l’étranger, la France que nous représentons s‘est arrêtée aux trente glorieuses. Et force est de constater que cela nous va bien.

 

L'accent français fait toujours craquer

 

Je vis et travaille à New York. Je travaille pour les institutions et les entreprises françaises installées ici. Je conçois leurs événements et mets à l’honneur les talents de notre pays.

 

J’entends l’émerveillement des américains pour notre savoir-faire et cette qualité de vie que nous défendons depuis des lustres. Je vois les regards s’éclairer quand je prononce quelques mots avec mon accent si parisien.

 

Je ressens l’envie. Celle d’être aussi chic qu’une française, de disposer d’une culture générale au dessus de la moyenne, de savoir reconnaître un crû d’excellence et de mijoter un bœuf en sauce avec aisance.

 

Et de mon côté, je me réjouis de voir que le français est la langue d’excellence ici, que mes amis américains connaissent mieux l’histoire de France que mes enfants, qu’ils savent associer un Saint Estephe à leur menu du soir, qu’ils collectionnent les objets illustrant Napoléon ou le Musée d’Orsay.

 

Ici, je suis fière d’être française.

 

Fière de ne représenter que ces clichés qui nous collent à la peau mais qui font un bien fou !

 

Et qu’importe si de l’autre côté de l’Atlantique tout a basculé…

 

Ici, on adule nos actrices et notre foie gras, notre accent pointu et nos foulards négligemment noués autour du cou.

 

Il faut célébrer la France, même à l'étranger

 

Ici, je suis fière d être française et d’organiser des événements à la gloire de nos talents.

 

"Taste of France" réunissait 100.000 visiteurs en plein cœur de New York en septembre dernier.

 

Nous célébrerons l’amitié franco américaine et larguant 1 million de pétales de roses sur la statue de la Liberté le 6 juin prochain. Une initiative d’une petite association constituée de français installés ici depuis de longues décennies, The French Will Never Forget.

 

Alors va-t-il falloir quitter la France pour l’aimer ? Va t- il falloir choisir l’expatriation pour être fier du drapeau français sans tomber dans le nationalisme ? Le patriotisme français n’a-t-il qu’un avenir hors de ses frontières ?

 

Il est assez terrible de devoir écrire cela, mais il est nécessaire de s’interroger aujourd’hui sur cette réalité.

 

Il faut réinventer notre République 

 

À l’heure où nombre de français pensent à plier bagage, il faut repenser la France. Et pas sous une bannière xénophobe mais sous celle d’un front républicain.

 

On aurait presque envie d’hurler aux bonnes volontés de tous les partis de se prendre la main et de former un parti de la démocratie et de la république.

 

Faire voler en éclat ce qu’il reste des partis classiques qui ne séduisent plus personne et qui s’autodétruisent à petit feu, pour brandir l’étendard des grandes idées de la France de toujours : Liberté, égalité, fraternité !

 

Dans une France où tout le monde déteste l’autre, où les communautés sont incapables de porter un regard fraternel sur l’autre, il devient urgent de retrouver la fierté d’être français en Terre de France.

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

A plusieurs reprises, les français se sont rabattus sur l'extrème droite, du moins au premier tour des présidentielles. Non pas que ce parti les attirent, mais pour lancer un cri d'alarme quant à l'incapacité des gouvernements successifs à gérer une France qui n'a plus grand'chose de française, des entreprises attirées par le gain où qu'il soit, des riches refusant de partager leur immense richesse et faisant profiter plutôt les pays qui les accueillent, une invasion non controlée d'étrangers venus profiter de "l'eldorado français" c.a.d. du RSA, carte vitale et logement qu'on leur attribue rapidement. (Ma fille a dû attendre 9 ans après sa demande de logement dans le Val d'oise et dormir parfois dans des hall d'immeubles)et j'en passe. Dites-moi pour qui voter? Quel polititien n'a pas trempé dans les malversations, abus de pouvoir ou sexualité débridée?
Non, l'extrème droite n'est pas un modèle en la matière, loin de là, mais son succès vient du ras-le-bol des français face à des polititiens incapable de les comprendre, ni même de les entendre, tellement préoccupés à leurs chamailleries entre partis, leur course au pouvoir pour être nantis, tout ceci devient insuportable et grottesque. Le pire peut-il être pire? Y-a-t-il des plus pire et des moins pires?
Quand aurons-nous un gouvernement soutenu par les différents partis, sans disputes, sans tirs à boulets rouges l'un contre l'autre? Quelle misère dans un temps de crise comme nous traversons! VOILA LA HONTE, la risée des autres nations. Où est la France glorieuse?
Alors voilà, moi aussi j'ai envie d'émigrer, mais où...et puis voilà, j'ai ici mes enfants, mes petits enfants, mes amis sur qui je peux compter, alors j'espère, j'espère en une France plus forte pour affronter la crise, plus soudée pour partager, plus travailleuse pour remonter, plus tolérante pour les étrangers bien intentionnés désireux de construire et non détruire, plus droite et juste pour tous, plus respectueuse les uns des autres, un pays béni de Dieu où couleraient le lait et le miel!!

Contenu Correspondant