Share |

Le Canada devient le premier pays à signer le Protocole d'Ottawa

Le Canada devient le premier pays à signer le Protocole d'Ottawa

 

 

Bravo le Canada. D'autres pays devraient suivre cette décision exemplaire.

Le Canada devient intraitable sur l'antisémitisme

Le gouvernement du Canada a franchi une étape historique hier par la signature du Protocole d'Ottawa pour lutter contre l'antisémitisme. Ce faisant, il a reconnu l'antisémitisme comme un mal pernicieux et une menace mondiale contre le peuple juif, l'État d'Israël et les pays libres et démocratiques, partout. En tant que Premier ministre Stephen Harper a fait remarquer, "Ceux qui haïssent et veulent détruire le peuple juif  ont finalement la haine et l'envie de destruction de nous tous."

Le protocole est une déclaration selon laquelle la haine de cette nature ne sera pas tolérée dans ce pays. Il établit un plan d'action pour soutenir les initiatives qui luttent contre l'antisémitisme et fournit un cadre à suivre pour d'autres nations.

Il établit également une définition dynamique de l'antisémitisme qui englobe, pour la première fois dans l'histoire, les liens de l'antisémitisme à la négation du peuple juif et de ses droits, son domicile et ses terres ancestrales - l'Etat d'Israël. Ceci, en fait, est ce qui distingue l'antisémitisme de l'après-Deuxième Guerre mondiale au-delà de ses racines historiques. L'antisémitisme d'aujourd'hui est une question de déni: déni de la légitimité du sionisme comme un mouvement juif pour récupérer la terre d'Israël; refus d'une histoire juive dans le cadre de la terre sainte et, en particulier, la centralité de Jérusalem pour le peuple juif; négation de l'Holocauste (alors que dans le même temps les Juifs sont accusés de nazisme); et le refus pour les Juifs de vivre à l'abri de l'antisémitisme, de la haine et de l'intolérance.

En annonçant les protocoles, le ministre des Affaires étrangères John Baird a exprimé le soutien sans équivoque de son gouvernement à l'Etat d'Israël. En se référant à la crise de cette semaine à l'Organisation des Nations Unies et la menace palestinienne de déclarer unilatéralement un Etat, Baird a déclaré: «Le Canada ne restera pas derrière Israël aux Nations Unies, nous nous tiendrons juste à côté. Il n'est jamais une mauvaise chose que de faire la bonne chose. "

Selon Baird, de plus en plus de pays refusent de participer à la conférence de l'ONU baptisée «Durban III» - autrement connue comme un festival de haine antisémite qui a commencé comme un forum sur les droits de l'homme en Afrique du Sud en 2001; le forum a finalement dégénéré en un jeu de lynchage antisémite dans lequel les pays arabes et africains répressifs blâment Israël pour tous les problèmes de leur propre pays et dans le monde. Les gouvernements de la France, la Nouvelle-Zélande et la Pologne (aujourd'hui) se sont joints au Canada et à 10 autres pays occidentaux cette semaine en déclarant qu'ils n'y prendront pas part.

Incontestablement, la position du Gouvernement du Canada sur Israël est basée sur le principe de la capacité de vos amis - surtout quand ils sont des démocraties et des défenseurs des droits de l'homme. La plupart des dirigeants juifs seraient d'accord que Israël est en effet le plus grand allié du Canada dans la lutte contre la haine et l'intolérance.

Mais la lutte contre la haine et l'antisémitisme doit être gagnée ici au Canada aussi. Le Protocole d'Ottawa est surtout le résultat d'un rapport publié cet été par une Coalition parlementaire canadienne de lutte contre l'antisémitisme, qui était composé de politiciens canadiens qui ont donné de leur temps pour sonder la grandissante et alarmante marée d'antisémitisme au Canada.

Dans une lettre accompagnant le rapport, les présidents de la Commission d'enquête et le comité de pilotage Mario Silva et Scott Reid ont écrit: «La conclusion de la Commission d'enquête, malheureusement, est que le fléau de l'antisémitisme est une menace de plus en plus importante au Canada, en particulier sur les campus de nos universités. " Le rapport cite de nombreux exemples de l'antisémitisme sur différents campus, y compris le fameux incident de 2009 quand des étudiants juifs à l'Université York ont été chassés et se sont barricadés dans le salon Hillel tandis qu'une foule en dehors les attaquait avec des insultes antisémites. La liste des exemples est longue et inquiétante.

Les universités devraient prendre note du rapport et de la signature des protocoles d'Ottawa. Ils doivent mettre fin immédiatement aux événements haineux et fallacieux comme la Semaine contre l'apartheid israélien; ils devraient affirmer sans équivoque que la liberté d'expression ne doit pas être détournée pour fournir une couverture pour l'antisémitisme; ils doivent veiller à ce que les étudiants juifs se sentent les bienvenus sur le campus et que leur environnement d'apprentissage doit être libéré des incidents anti-Israël et enfin, les universités doivent rendre des comptes du fait de permettre que leur propriété privée devienne des lieux de haine parmi les étudiants.

Le Protocole d'Ottawa sur la lutte contre l'antisémitisme est un modèle à envisager pour tous les Canadiens. Mais il est surtout un document d'importance pour les universités qui se sont permises devenir des véhicules de haine et complices de sa promotion. Comme mon ami, le professeur Irwin Cotler a déclaré hier soir lors de la cérémonie de signature d'Ottawa, l'antisémitisme est non seulement la forme la plus longue connue de la haine dans l'histoire de l'humanité - il est la seule forme de haine qui est véritablement mondiale.

Toute personne de conscience devrait prendre note des protocoles d'Ottawa et ne jamais oublier les leçons de l'Holocauste quand le monde était resté silencieux.

Contenu Correspondant