Share |

Etat Islamique-Erdogan : ça se gâte nettement

Etat Islamique-Erdogan : ça se gâte nettement (info # 012407/15)[Breaking News]

© MetulaNewsAgency

 

La nuit dernière, aux alentours de 3h45, heure de Métula et d’Ankara (2h45 à Paris), trois chasseurs F-16 de l’Armée de l’air turque ont attaqué des objectifs de l’Etat Islamique aux alentours du village de Hawar, en Syrie.

 

Ces raids au missile ont fait, c’est un premier bilan, trente-cinq morts dans les rangs du Califat et ont détruit plusieurs chars d’assaut ainsi que des pickups.

 

Cette incursion, limitée dans la profondeur à une distance de 10 à 15 kilomètres de la frontière turque, se voulait être une riposte à l’attaque par les miliciens islamistes d’un poste frontière entre la Syrie et la Turquie, situé non loin de la ville turque de Kilis.

 

Cette agression avait causé la mort, jeudi, d’un sous-officier et de deux soldats.

 

Les forces ottomanes, déployées massivement dans la région, avaient immédiatement répliqué par des tirs de chars, neutralisant un djihadiste et anéantissant trois de leurs véhicules.

 

Sans pouvoir dire, pour le moment, si l’on est en présence du commencement d’une confrontation durable entre l’Etat Islamique et Ankara, ou s’il s’agit d’incidents ponctuels, ces affrontements sont inattendus, car ils opposent des alliés islamistes sunnites.

 

La situation a commencé à se dégrader lundi, lorsqu’un terroriste kamikaze, Abdurrahman Alagöz, s’était fait exploser dans le Centre Culturel Amara de la ville de Suruç, tandis que s’y tenait une réunion politique de soutien aux Kurdes syriens réunissant 300 personnes. Cet assassinat collectif, perpétré pour la première fois par l’EI sur le territoire turc, a causé la mort de 32 personnes et blessé une centaine d’autres, pour la plupart des jeunes Kurdes et des militants de gauche.

 

La réaction de l’organisation paramilitaire kurde-turque, ne s’était pas faite attendre : des membres du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) avaient en effet assassiné, mercredi matin, deux policiers d’Ankara à Ceylanpinar, une grosse agglomération kurde à la frontière syrienne.

 

Cet acte barbare - une balle dans la tête de chacun des gendarmes – se voulait être l’expression du mécontentement de la communauté kurde, qui a considéré que le Centre Culturel Amara, en dépit de menaces dont il était l’objet et d’attaques précédentes n’était pas protégé par la police. D’autre part, les mêmes Kurdes-turcs considèrent qu’ils sont la cible d’une discrimination systématique de la part du Président Recep Erdogan et de son parti islamiste, l’AKP, qui dirige actuellement un gouvernement intérimaire en l’absence d’une coalition gouvernementale.

 

Le grief principal des Kurdes-turcs se focalise cependant sur l’aide apportée par Ankara au Califat Islamique en Syrie dans sa lutte contre les YPG kurdes, les Unités de Protection du Peuple. Des milliers de personnes étaient descendues dans les rues des métropoles tuques après l’attentat de lundi pour critiquer la politique menée par le gouvernement. Kadri Gürsel, l’un des principaux éditorialistes du quotidien Milliyet (la nation), a été limogé mercredi pour avoir mis en cause M. Erdogan dans l’attentat de Suruç.

 

Diverses organisations appellent à un méga-rassemblement dimanche après-midi à Istanbul.

 

Les Kurdes se rappellent que, durant le long siège de la ville de Kobané, à 100 mètres de la Turquie, Erdogan avait refusé de porter secours aux défenseurs encerclés, leur fermant même sa frontière et permettant au contraire aux agresseurs, qui contrôlaient déjà 60% de la ville, de s’approvisionner chez lui en armes, munitions et en combattants.

 

Il est de notoriété publique que des miliciens de l’EI avaient utilisé, à plusieurs reprises, le point de passage de Mursitpinar, face à Kobané, afin de compléter l’encerclement de cette dernière par le Nord et d’attaquer les YPG grâce à de nombreux véhicules bourrés d’explosifs.

 

En plus de ce qui précède, Recep Erdogan et son Premier ministre Ahmet Davutoglu multiplient les propos hargneux et les menaces à l’encontre des Kurdes syriens, les accusant notamment de procéder à un imaginaire nettoyage ethnique, et leur prêtant l’intention de faire sécession du reste de la Syrie en déclarant un Etat indépendant dans le nord de ce pays, dans une région que les Kurdes nomment Rojava.

 

Erdogan, appuyé en cela par les partis nationalistes, craint que la progression militaire des YPG dans le Rojava ne déteigne sur les Kurdes turcs, qui constituent l’écrasante majorité de la population tout le long des 900 kilomètres de frontière commune.

 

Suite à un conseil des ministres extraordinaire, qui s’est tenu mercredi, Ankara a lancé une vaste opération policière, ce vendredi matin, impliquant des milliers d’hommes et des hélicoptères, dans le but d’appréhender les djihadistes se trouvant sur son territoire.

 

Le même raid vise également les membres des organisations paramilitaires kurdes et gauchistes, notamment ceux du DHKP-C (Front Révolutionnaire de Libération du Peuple), dont une activiste a été tuée par les forces de l’ordre.

 

On semble, ce matin, se diriger vers une triple confrontation, qui opposerait Ankara, premièrement aux Kurdes syriens, secondement aux membres des organisations indépendantistes Kurdes turques, et troisièmement, et c’est là que se trouve la nouveauté, aux miliciens de l’Etat Islamique, tant en Syrie qu’en Turquie.

 

La rivalité récente entre l’Etat Islamique et Recep Erdogan a aussi poussé ce dernier à mettre sa base aérienne d’Incirlik, à 200 kilomètres de la frontière syrienne, à disposition des forces de la coalition sous commandement américain, qui combat ISIS en Syrie et en Irak. C’est la première fois qu’Ankara se résigne à porter main forte à cette coalition, et à participer, même indirectement, au combat qu’elle mène.

 

Sur le plan stratégique, la brouille entre l’AKP et l’EI pourrait avoir des conséquences radicales pour le Califat. En effet, suite à la jonction effectuée par les YPG entre les cantons de Kobané, au centre du Rojava, et celui de Qamishlo, à l’Est, ainsi qu’à la progression de l’alliance militaire formée par les YPG et l’Armée Syrienne Libre (ASL) en direction du canton kurde d’Afrin, pour l’instant isolé à l’ouest du Rojava, les derniers points de passage restant à la disposition de l’EI pour s’approvisionner en Turquie se trouvent entre Jarabulus (Syrie) et le sud de Kilis, sur une distance d’environ 100 kilomètres.

 

Or c’est précisément sur cette portion de frontière qu’ont eu lieu les échanges de tirs d’hier ainsi que le raid aérien de cette nuit. Dans ces conditions, on peut difficilement imaginer qu’Erdogan continuera à approvisionner le Califat en utilisant ces points de passage.

 

Les affrontements qui l’opposent à l’EI pourraient également servir de prétexte au président islamiste turc afin de pénétrer en territoire syrien, sur une trentaine de kilomètres entre Kilis et Jarabulus ; il pourrait ainsi espérer faire d’une pierre deux coups, en empêchant les Kurdes d’effectuer leur jonction entre Kobané et Afrin, et en étendant son contrôle des points de passage face au Califat Islamique ; ce dernier se verrait ainsi totalement soumis au bon vouloir du gouvernement ottoman pour l’ensemble de ses fournitures.

 

Le plan d’instauration de cette "zone tampon" avait été envisagé par Ankara à la fin de juin dernier, mais il n’avait pas été mis à exécution devant les réticences de l’Armée turque et la vive opposition des Américains.

 

On reste à se demander quelle est la raison qui fait que deux entités, partageant la même religion et poursuivant des objectifs très proches, tels l’EI et l’AKP (Le parti de la Justice et du Développement) se sont disputées au point d’en venir aux armes.

 

La réponse se situe probablement dans la tradition de détestation qui a toujours semé la discorde entre Turcs et Arabes ; l’Etat Islamique, en effet, est une organisation visant à créer un Etat islamique arabe sur la plus grande partie possible de la Syrie et de l’Irak ; quant aux visées de M. Erdogan, elles concernent principalement l’extension de l’hégémonie ottomane, même s’il est, lui aussi, profondément empreint de l’idéologie djihadiste.

 

Les observateurs ne manquent pas non plus d’observer que les choix et les décisions de la Turquie, sous Erdogan, ne sont pas toujours toutes dictés par la seule raison. En Occident, on a peut-être tendance à sourire en entendant les propos d’Erdogan rapportés par la presse, selon lesquels ce seraient les Turcs qui auraient conquis la Lune, et les Juifs qui seraient à l’origine des coups de grisou qui secouent les mines de Turquie.

 

Mais dans les faits, les Turcs n’ont pas le loisir de rire à ses délires, car ils participent à dicter, en les justifiant, les voies choisies par le pouvoir en place. Or ces options peuvent parfaitement conduire à des guerres superflues, dont la finalité est obscure, et donc discutable.

 

Dans cette conclusion on peut aussi noter que la Turquie est l’un des seuls pays du globe à avoir affronté militairement absolument tous les pays qui l’entourent, et parmi eux la Grèce, qu’elle a occupée durant des siècles, l’Arménie, où elle a commis un génocide, et l’île de Chypre, qu’elle a agressée en 1974 lors de l’Opération Attila, et dont elle occupe toujours militairement la moitié septentrionale.

 

Dans ces conditions extrêmement volatiles, et en présence de dirigeants et de chefs d’Etats dont la rationalité des décisions peut être discutée, nul ne peut prédire la tournure que prendront les évènements des prochains jours et des prochaines semaines. 

Contenu Correspondant