Share |

Exode des Juifs : quand l’Etat français et Marek Halter se trompent de solution

Exode des Juifs : quand l’Etat français et Marek Halter se trompent de solution (info # 012506/14)[Analyse]

Par Stéphane Juffa

 

Le Mondea publié hier un appel de l’écrivain Marek Halter, intitulé "Amis et frères juifs, ne quittez pas la France, ce n'est pas la solution".

 

Marek Halter a tort. Il se trompe, peut-être même intentionnellement, dans l’identification des raisons qui poussent ses coreligionnaires à émigrer. Le rationnel qu’il utilise pour les implorer de rester en France est apocryphe, structuré autour d’arguments incorrects, comme ce fut déjà souvent le cas dans ses écrits précédents1.

 

Car quand un Etat altère sa propre langue en exprimant la haine de l'une de ses minorités, quand tous les media d'un pays reprennent son ineptie (ou que c’est l’Etat qui leur emboîte les pas), il est effectivement temps de s'en aller : "La France condamne la décision des autorités israéliennes de publier des appels d’offres pour la construction de près de 1500 logements dans des colonies israéliennes de Jérusalem-Est et de Cisjordanie" (ministère français des Affaires Etrangères, le 5 juin 2014).

 

Parce qu’il n’y a pas de colonies en Israël, que ce sont des implantations.

 

Je suis opposé aux implantations ainsi qu’à ces appels d’offres mais cela n’a rien à voir avec la problématique des Français. Ils tentent de s’exonérer de leurs crimes lors de la Guerre d’Algérie en la prolongeant en Israël. Mais la Guerre d’Algérie, ce n’était ni ma guerre ni mon problème.

 

En émettant ce point de presse, le gouvernement français ne peut plus rappeler ses journalistes à l’ordre en leur demandant de cesser de s’égarer avec les "jeunes colons" et les "bébés colons", puisqu’il confirme que ce sont des "colonies" ; ce sont aussi des "militants" et des "activistes" qui tirent des roquettes sur les civils en deçà de la Ligne verte ou qui se font arrêter lorsqu’ils ont tué ou tenté de le faire.

 

S’établit alors cette apologie de la haine et de la ségrégation par philologie : moi, les Arabes, êtres humains, toi Juif, toi colon, toi mériter de crever !

 

L’usage du mot colon est imposé par les antisémites afin d’appliquer la théorie existentialiste de Frantz Fanon (qui, mort depuis longtemps, n’y est pour rien) au conflit israélo-arabe ; ces antisémites rejettent ainsi le narratif des "deux nationalismes légitimes qui s’opposent", et entendent le remplacer de force et grâce à l’itération par celui du "colonisateur-oppresseur faisant face au colonisé-opprimé".

 

Dans ces conditions, selon les néo-existentialistes antisémites, l’axiome de Fanon selon lequel le colonisé doit user de toute la force, de toute la haine et de tous les moyens à sa disposition afin d’éradiquer son agresseur serait applicable au différend israélo-palestinien. (Cela explique entre autres l’empathie systématique en faveur des Palestiniens dans la presse tricolore, et sa capacité à lui pardonner aisément l’assassinat d’Israéliens ; car, quand on est colonisé, on ne saurait être un terroriste, on est un opprimé en quête de son identité, même si on tue et surtout si on tue).

 

Lors, on ne saurait critiquer le colonisé qui tue pour redevenir lui-même lorsqu’il assassine dix colons dans un bus, qu’il s’introduit dans une colonie et assassine un bébé-colon, ou, et c’est bien la moindre des choses, lorsqu’il enlève trois adolescents-colons.

 

C’est cette idéologie qui véhicule aujourd’hui l’antisémitisme en France et non le péril néo-nazi comme l’affirme Halter. Ecrire le contraire, c’est tourner le dos à la vérité, embrasser l’ignorance, permettre à l’incitation antisémite de se poursuivre et assurer de vieux os à Dieudonné, qui n’est pas membre du FN.

 

Les Juifs français partent précisément parce que les pouvoirs publics et les intellectuels propagent la théorie néo-existentialiste au lieu de lui faire la guerre. Et cela, c’est terriblement périlleux. Cela augmente directement le nombre des attaques antijuives et leur intensité.

 

Les Juifs partent parce qu’ils connaissent la différence entre une implantation et une colonie. Ils parlent mieux français que la plupart de leurs concitoyens.

 

Parce que personne de sensé ne veut assumer un risque sécuritaire s’il n’est pas combattu efficacement par les autorités du pays où il vit et pas en plaçant un gendarme derrière chaque Israélite après avoir condamné les colonies et ouvert de la sorte la chasse aux Juifs.

 

Et, de plus, les Juifs s’en vont, parce qu’on vit mieux aujourd’hui en Israël qu’en France, qu’Israël est un pays qui progresse et la France, l’un de ceux qui s’enfoncent.

 

Cet enfoncement va d’ailleurs se poursuivre et s’aggraver, comme dans tous les pays qui sacrifient à la haine des Juifs le sens de leurs mots. Et quand le dernier Juif sera parti, la France s’apercevra qu’elle n’est plus la France. Car la France sans Blum, Mendes-France, Ferrat, Gainsbourg, Citroën, Dassault, et Léon Schwartzenberg… Est-ce bien de celle-ci dont on parle ici ? Celle qu’ils appellent de leurs vœux ?

 

Pour le détail, je vous réfère à l’article "Une explication", qu’il faudrait tout de même lire avant de boucler ses bagages :

 

http://metulanews.net/article.php?sid=914
http://metulanews.net/article.php?sid=915
http://metulanews.net/article.php?sid=916
http://metulanews.net/article.php?sid=917

 

 

Note :

 

1Wikipédia : "L'autobiographie de Marek Halter a été sévèrement critiquée notamment par l'ancien résistant juif polonais Michel Borwicz qui avance que celle-ci est « bourrée d'inventions pures et simples », que celui-ci n'aurait jamais vu le ghetto de Varsovie qui sera construit (2 octobre 1940) après son départ avec sa mère pour la zone d'occupation soviétique. Il récuse l'affirmation que son père aurait tenté de rejoindre le maquis, ainsi que celle de la participation de son grand-père dans le journal clandestin du ghetto Yedièss. Selon Michel Borwicz, l'anecdote concernant la visite à Moscou et Staline n'aurait pas plus de véracité historique.

 

Selon les magazines Le Point et Le Nouvel Observateur, de nombreuses autres anecdotes racontées par Marek Halter seraient fausses ou inexactes".

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

MAREK HALTER Est romancier qu'il continue est c'est bien qu'il ne parle pas de politique

Contenu Correspondant