Share |

Lettre a une amie Arabe : Pourquoi nous avons quitte le Maroc, par Bob Oré Abitbol

 

Chère Nouzha

 

Je vais vous dire pourquoi le départ des juifs du Maroc  était inexorable et qu’effectivement, vu les circonstances, nous n’avions pas le choix.

Pardonnez moi d’être technique plutôt que poète mais je suppose que c’est la réponse que vous attendez de moi

 

1)      LA CREATION DE L’ETAT D‘ISRAEL :

La création de l’état d’Israël a complètement changé la donne pour  les juifs en général, pour ceux vivants dans les pays arabes et partant pour les juifs marocains.

Il faut comprendre que les juifs ont un rapport viscéral pour ce pays qu’ils appelaient de tous leurs vœux pendant des siècles. Cet amour est viscéral et inconditionnel.  Raison ou tort, bon ou mauvais Israël répond à un besoin fondamental.

Il ne peut être compris avec cette ferveur et avec cet aveuglement que par les juifs eux-mêmes.

 

Une première vague de religieux ou de fanatiques part alors en 1948 mais ce n’est qu‘une petite minorité  qui est loin d’être un mouvement de masse qui ira en s’accélérant.

 

Nous sommes a ce moment 300 000 a 350.000 juifs marocains

(Les chiffres changent mais grosso modo c’est le nombre qui revient le plus souvent)

2)    L’INDEPENDANCE DU MAROC ET LA MAROCANISATION :

Quand les français s’installent au Maroc pour le « protectorat » ils se dépêchent de diviser pour régner.

Les juifs qui ont appris grâce aux écoles de l’Alliance Universelle à parler et à écrire le français deviennent leurs alliés naturels.

Qu’ils l’aient voulut ou non les Français créent une scission entre juifs et musulmans qui vivaient jusque la en parfaite harmonie et meme dans certaines villes et villages en parfaite osmose.

Les juifs vont accéder grâce à cela à de meilleurs emplois, l’accès aux quartiers européens et pourrait-on dire à une certaine bourgeoisie.

Avec l’indépendance, le départ des Français et plus tard avec la Marocanisation,  le sens de sécurité que les juifs avaient, disparaît ou se réduit considérablement.

 

A l’indépendance, en 1956, malgré leur position pro-monarchique franche et non équivoque, la distance se creuse.

Malgré notre amour profond pour le SM le Roi et pour le Maroc, il faut penser à partir d’autant plus qu’on nous empêche de le faire.

Ceci malgré l’affection déclarée du Roi pour les juifs jusqu'à en prendre un dans son gouvernement : le Dr Benzaquen

Cependant

-Plus de possibilité d’avoir un passeport (ou très difficilement)

-Interdiction de quitter le pays

-D’aller, de correspondre ou même de prononcer le nom  d’Israël.

Défense donc d’aimer ouvertement un pays qui est aussi le notre. (Comme si aujourd’hui au Canada ou aux Etats-Unis on nous empêchait d’aimer le Maroc)

-         Impossibilité de changer son argent librement (pour tous les Marocains)

-         Moins de liberté d’expression (dés qu’il y’a des restrictions, quelles qu’elles soient, c’est la liberté toute entière qui nous es enlevé)

(On ne peut pas être plus ou moins libre de la même maniére qu’on ne peut pas être plus ou moins enceinte.)

 

Pas encore la peur mais la peur de la peur qui s’installe. (comme je l’ai dit dans ma nouvelle « Les Faucons de Mogador » qui est une métaphore sur ces départs forcés ou non)

Il faut comprendre, Nouzha, nous avons vécu tellement de massacres, de pogroms, d’inquisitions que nous sommes forcement sur le qui vive et qui ne le serait pas ?

Il faut ajouter a cela

 

LA MONTEE DU PANARABISME  ET DU NATIONALISME ARABE :

Avec l’avènement de Nasser, de la guerre du Sinaï en 1956  les sentiments  s‘exacerbent.

Le nationalisme gagne tous les pays arabes et malgré sa modération le Maroc n’y échappe pas.

Le mouvement de départ clandestin ou pas s’accélère.

La diaspora qui va suivre va nous entrainer aux 4 coins du monde et en particulier vers la France, le Canada et bien sur vers Israël,

Il faut ajouter quelque chose d’important a mon avis.

Je l’ai dit nous étions plus ou moins 300.000.

Aujourd’hui si nous étions restés, nous serions pas loin du million ce qui aurait été insoutenable pour un pays arabe. Nous aurions formé une cinquième colonne impossible à gérer, impossible à supporter vu les circonstances.

Les juifs dynamiques comme ils sont partout ou ils se trouvent, auraient été soit massacrés soit expulsés.

Avec la Guerre des 6 jours ce départ  devient impératif et irréversible.

 

Je n’ai pas connu la condition de Dhimmi ni l’humiliation dont parlent certains de mes compatriotes. J’ai quitté trop jeune le Maroc, je ne peux donc en parler en connaissance de cause.

Ma mère m’a raconté des histoires  a propos de son père  (de mon grand père donc) et la façon dont il était traité qui nous ont fait frémir.

Cette peur diffuse et omniprésente de l’arabe nous a été transmise que nous le voulions ou pas!

 

Ceci dit il faut dire les choses suivantes :

 

De tous les pays arabes c’est le Maroc qui a le mieux traité ses juifs

Celui qui les a le moins spolié

Celui qui les a le plus regretté

Celui avec lesquels elle  gardé les meilleurs rapports jusqu’aujourd’hui

Celui qui les a défendu, protégé pendant la guerre  39-45  beaucoup mieux

que d‘autres pays soit disant civilisés.

Celui qui les invite a revenir.

Celui qui les reçoit comme des frères et des sœurs chaque fois qu’ils reviennent!

Celui qui s’entend le mieux a l’étranger et avec qui nous avons des rapports privilégiés de frères !

Celui dont le Roi, HassanII a activement aidé Israel a faire la paix avec les autres pays arabes.

Celui qui reconnaît l’apport important des juifs dans la culture berbère et musulmane depuis des millénaires jusqu'à dans sa constitution.

 

Celui enfin qui donne l’exemple et le modele à suivre pour prouver que juifs et arabes peuvent vivre en harmonie dans la tolérance, dans la paix, qu’ils peuvent s’aimer et se comprendre  comme au temps de Tolède et comme au temps de Grenade comme bientôt avec l’aide de D a Tel Aviv, Jérusalem a Gaza,  a Ramallah et dans tous les pays Arabes restaurés dans leur dignité, leurs droits et leur liberté fondamentale et la reconnaissance d’Israël évidemment dans ses frontières sûres, sécurisées et reconnues !

 

Amen

Bob Oré Abitbol

boboreint@gmail.com

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

Bravo Bob ! Tout est dit !

Mon cher Bob, Je ne veux pas rentrer dans les détails, puisqu'il y a de vraies raisons et des raisons "inventées" ainsi que des raisons tût.
Je ne suis pas certain que cela vaille le coup d'en parler puisque certaines personnes qui ont pris part "au déménagement" de nos amis juifs sont encore vivants et je ne veux mettre personne dans l’embarras, pourtant il y a une très grande littérature sur le départ des juifs du Maroc.
Cependant je peux t'assurer et à tous les lecteurs de DAFINA que c'est un peu plus compliqué que ce que tu viens de dire.
Mais ce qu'il faut encore dire c'est que tous les Marocains de confession israélite qui ont quitté le Maroc, sont TOUJOURS MAROCAINS AINSI QUE LEURS ENFANTS ET PETITS ENFANTS, tant que le Roi n'a pas signé un dahir pour les déchoir de leur marocanité.

Ssi Larbi Lahrizi, je me rappelle des juifs de Berrechid,c'était des grossistes de blé, Aie aie la belle époque

un souk sans lihoud comme un cadi sans temoins.
parole dit par mon grand pere habitant de oulad hriz region de casablanca .mon grand pere etait un grand fellah .fermier a traité avec ses amis freres juifs da casablanca depuis l anné 1920 ...des dizaines d annees mon pauvre.... non.... mon riche grand pere parle de ses amis juifs presque les larmes aux yeux.... et repete toujours et le bon vieux temps avec nos freres juifs.... ils sont parti lkhair mcha maahome l abondance la prosperite sont parti avec eux nos freres juifs .
pour info mon grand pere etait un musulman pratiquant ils est mort en 2006 que illohim ou allah ai son ame

Bob, je n'ai qu'un mot a te dire: Bravo !! Je signe sur chaque mot de ton article. Nulle n'aurait pu mettre la reponse a une question qui est souvent posee, d'une meilleure facon.
Moi meme, lors de ma visite au Maroc, un monsieur musulman m'a addresse cette question, sans meme me connaitre. La question m'a surpris, parceque la question meme, et la facon dont elle a ete posee, pliait a la fois, un franc regret pour notre depart et a la fois une certaine colere, puisque la question a etee poursuite par : "est ce qu'on vous a fait du mal ? ".
Tout d'abord j'ai tout de suite repondu que non, pas de mal, au contraire. Mais si j'avais ton article avec moi, je lui aurait donne a lire. j'ai pris son address E-Mail, mais au retour en Israel, je n'ai pas reussi a le contacter.
Merci Bob

Bonjour, je me permets de vous envoyer une version de votre article en anglais, traduit par nos soins.

http://www.moroccoworldnews.com/2014/02/122551/letter-to-an-arab-friend-...

Bonjour BOB.
JE VAIS TE RAPPELER DE TRES ANCIENS SOUVENIRS.
JE VAIS T'ENVOYER UN E-mail SUR TON ADRESSE PERSO
J'AI RENCONTRER TON FRERE CHARLY A HUATULCO AU MEXIQUE AVEC CHARLES AMGAR.
JE N'AI PLUS DE NOUVELLES DE PIERRE GUYGUY !!!
ET TOI COMMENT VAS TU J'ESPERE QUE TU TE SOUVIENS DE MOI !!
JE TE DIS A BIENTOT.
DONNE MOI DE TES NOUVELLES.
GILLES HAZIZA.

Contenu Correspondant