Share |

Comprendre l'alliance entre Israël, l'Egypte et l'Arabie Saoudite

Comprendre l'alliance entre Israël, l'Egypte et l'Arabie Saoudite

 

Par CAROLINE B. GLICK  et traduit de l’anglais par Emile Tubiana

 

Le partenariat qui a vu le jour dans cette guerre, entre Israël, l'Egypte et l'Arabie Saoudite est une conséquence directe de l'abandon d'Obama des alliés traditionnels des Etats-Unis.

 

La guerre du Hamas avec Israël n'est pas un événement autonome. Cela se passe dans le contexte des grands changements qui ont cassé en miettes les anciens schémas de comportement et de compréhension stratégique, alors que les acteurs de la région commencent à réévaluer les menaces qui les confrontent.

 

Dans le passé, le Hamas a été financé par l'Arabie Saoudite et soutenu par l'Egypte. Maintenant, les régimes de ces pays le considèrent comme faisant partie d'un grand axe de djihad sunnite, qui menace non seulement Israël, mais eux aussi.

 

Les Frères Musulmans en Egypte, et ses commanditaires, les états du Qatar et de la Turquie, sont les principaux membres de cette structure d'alliance. Sans leur soutien, le Hamas aurait sombré avec le régime des Frères Musulmans en Egypte, l'été dernier. Tel que cela se présente, tous considèrent la guerre du Hamas avec Israël comme un moyen de rétablir les Frères Musulmans au pouvoir dans ce pays.

 

Pour parvenir à une victoire du Hamas, la Turquie, le Qatar et les Frères Musulmans utilisent le soutien de l’Occidental pour le Hamas contre Israël. Si les Etats-Unis et l'UE seront en mesure de contraindre l'Egypte et Israël à ouvrir leurs frontières avec la bande de Gaza, les puissances occidentales remettront une victoire stratégique à l’axe djihadiste.

 

Les implications d'une telle victoire seraient catastrophiques.

 

Il est idéologiquement impossible à distinguer le Hamas de l'État islamique. Comme l'État islamique, le Hamas a développé le massacre de masse et la terreur psychologique comme les principaux outils dans sa doctrine militaire. Si les Etats-Unis et l'UE forçaient Israël et l'Egypte à ouvrir les frontières de Gaza, ils permettront au Hamas de parvenir à la stabilité stratégique et politique dans la bande de Gaza. En conséquence, un bande de Gaza d’après-guerre deviendra rapidement une version locale de Mossoul, qui est contrôlée par l'État islamique.

 

En premier lieu, une telle évolution rendra la vie dans le sud d'Israël trop en péril pour être maintenue. Le Néguev occidental, et peut-être Beersheba, Ashkelon et Ashdod, deviendront inhabitables.

 

Ensuite, il y a la Judée et de la Samarie. Si, comme l’exigent les Etats Unis, Israël permettrait à Gaza de renouer avec la Judée et la Samarie, en peu de temps le Hamas va dominer ces domaines. Militairement, le transfert de même quelques-unes des milliers de grenades propulsées par fusée que le Hamas a à Gaza, mettra en péril tant les forces militaires que les civils.

 

Les véhicules blindés de Tsahal et les bus civils blindés seront réduits en miettes.

 

Considérant qu’en opérant à partir de la bande de Gaza, le Hamas avait besoin de l'aide de l'administration Obama et de l’Administration Fédérale de l’Aviation (FAA) pour arrêter l'aéroport Ben Gourion, à partir de la Judée et de la Samarie, tout dont le Hamas aura besoin seront quelques mortiers portatifs.

 

La Jordanie sera également directement menacée.

 

Du point de vue de l'Egypte, une victoire du Hamas dans la guerre avec Israël qui relie la bande de Gaza vers le Sinaï renforcera les Frères Musulmans et l'État islamique et d'autres alliés. Une telle évolution représente une grave menace pour le régime.

 

Et cela nous amène à l'État islamique lui-même. Il n'aurait pas pu passer à ses proportions monstrueuses actuelles sans le soutien du Qatar et de la Turquie.

 

L’État islamique est évidemment intéressé à étendre ses conquêtes. Comme il se considère comme un état, sa prochaine étape doit être celle qui lui permet de prendre le contrôle d’une l'économie nationale. Le raid sur la banque centrale de Mossoul ne suffira pas à financer ses activités pendant très longtemps.

 

À ce stade, l'Etat islamique souhaite éviter une confrontation totale avec l'Iran, donc, avancer dans le sud de l'Irak n'est probablement pas dans les cartes. Les forces américaines au Koweït, et la force et l'unité de but de l'armée jordanienne, probablement enlèvent ces deux royaumes du billot de l'État islamique pour l'instant.

 

Cela laisse l'Arabie Saoudite, ou des parties de celle-ci, comme une prochaine cible probable pour l'expansion de l’État islamique.

 

Les opérations courantes de l'État islamique au Liban, qui menacent le régime soutenu par l’Arabie Saoudite là-bas, indiquent que le Liban, au minimum, est également en grand danger.

 

Ensuite, il ya l'Iran. L'Iran n'est pas un membre de l'axe djihadiste sunnite. Mais quand il s'agit d'Israël et les régimes de non-djihadistes, il a coopéré avec l’axe.

 

L'Iran a financé, entraîné et armé le Hamas pendant la dernière décennie. Il considère la guerre du Hamas avec Israël dans la même lumière qu’il envisageait la guerre de sa mandataire libanaise Hezbollah avec Israël il ya huit ans.

 

Tant en Irak qu’en Syrie, l'Iran et l'Etat islamique ont montré peu d'intérêt à faire l’un l’autre leur cible principale. La Turquie et le Qatar ont souvent servi de partisans de l'Iran dans le monde sunnite.

 

Voici le contexte dans lequel Israël se bat dans sa guerre avec le Hamas. Et en raison de ce contexte, deux événements d'importance stratégique interdépendants ont eu lieu depuis le début de la guerre.

 

La première a trait aux États-Unis.

 

La décision de l'administration Obama de prendre le côté des membres de l'axe  djihadiste contre Israël en adoptant leur demande d'ouvrir les frontières de Gaza avec Israël et l'Egypte a servi comme le dernier clou dans le cercueil de la crédibilité stratégique de l'Amérique parmi ses alliés traditionnels de la région.

 

Comme les États-Unis se trouvaient avec le Hamas, ils ont également maintenu leur quête d'un accord nucléaire avec l'Iran. La position des Etats-Unis dans ces négociations est de permettre la mollahcratie à suivre le chemin de la Corée du Nord vers un arsenal nucléaire. Les etats sunnites non jihadistes partagent la conviction d'Israël qu'ils ne peuvent pas survivre à un Iran possédant l'arme nucléaire.

 

Enfin, le refus du président Barack Obama à ce jour de prendre une action offensive pour détruire l'Etat islamique en Irak et en Syrie démontre à l'Arabie Saoudite et aux autres pays du Golfe que sous Obama, les Etats-Unis permettraient à l'État islamique de se développer dans leurs territoires et les détruire, plutôt que de retourner des forces militaires américaines en Irak.

 

En d'autres termes, la politique pro-Hamas, pro-Iran et pro axe Frères Musulmans d'Obama, ainsi que son refus à ce jour à prendre des mesures efficaces en Irak et la Syrie pour effacer État islamique, ont convaincu les alliés traditionnels des Etats-Unis que pour les deux prochaines années et demie, ils peuvent non seulement pas compter sur les États-Unis, mais ils ne peuvent pas écarter la possibilité que les États-Unis prennent des mesures qui leur nuisent.

 

Confronté par le change des allégeances américaines sous Obama, les régimes sunnites non-djihadistes ont commencé à réévaluer leurs liens avec Israël. Jusqu'à la présidence d'Obama, les Saoudiens et les Egyptiens se sentaient en sécurité dans leur alliance avec les États-Unis. Par conséquent, ils n'ont jamais jugé nécessaire ou même souhaitable de considérer Israël comme un partenaire stratégique.

 

Sous la protection stratégique des Etats-Unis, les régimes sunnites traditionnels ont eu le luxe de maintenir leur soutien aux terroristes palestiniens et de rejeter la notion de coopération stratégique avec Israël, que ce soit contre l'Iran, Al-Qaïda ou tout autre ennemi commun.

 

Donc, séquestré par les Etats-Unis, Israël est devenu convaincu que la seule façon dont il pourrait profiter de ses intérêts stratégiques communs avec ses voisins était d'abord de s’plier à l'obsession de longue date des Etats-Unis avec le renforcement de l'OLP. Cela a impliqué l’abandon de terres, de légitimité politique et d'argent au groupe terroriste toujours engagé à la destruction d'Israël.

 

La guerre avec le Hamas a changé tout cela.

 

Le partenariat qui a vu le jour durant cette guerre, entre Israël, l'Egypte et l'Arabie Saoudite est une conséquence directe de l'abandon d'Obama des alliés traditionnels des Etats-Unis. Conscients de la menace que le Hamas, en tant que composante de l'alliance djihadiste sunnite, constitue pour leurs propres régimes, et en l'absence du soutien américain à Israël, l'Egypte et l'Arabie Saoudite ont travaillé avec Israël pour vaincre le Hamas et garder les frontières de Gaza scellées.

 

La plupart des Israéliens n'ont pas encore saisi l'importance stratégique de cette nouvelle alliance. Cela est dû en grande partie à la domination de la gauche du discours public.

 

La gauche israélienne voit ce nouveau partenariat. Mais elle ne parvient pas à comprendre sa base ou sa signification. Pour la gauche, tous les développements conduisent à la même conclusion: Quoi qu'il arrive, Israël doit renforcer l'OLP en renforçant le Président de l'Autorité Palestinienne et chef de l'OLP, Mahmoud Abbas.

 

En ne pas reconnaissant la base pour le partenariat stratégique émergent d'Israël, dirigée par le ministre des Finances Yair Lapid et le ministre de la Justice Tzipi Livni, la gauche préconise l'utilisation de nos nouveaux liens avec l'Arabie Saoudite et l'Egypte comme un moyen de renforcer Abbas en organisant une conférence de paix régionale.

 

Ce qu'ils n'arrivent pas à comprendre, c'est qu'une telle mesure détruirait le partenariat.

 

La coopération stratégique d'Israël avec l'Egypte et l'Arabie Saoudite est due à leurs intérêts communs. Elle ne peut pas s'étendre au-delà. Et ils n'ont pas d'intérêts communs à l'égard de l'OLP.

 

Menacé par l'axe du djihad, aucun gouvernement musulman ne peut être vu en public avec les Israéliens. Demander aux dirigeants égyptiens et saoudiens de faire des photos avec les Israéliens, c'est comme leur demander de signer leur propre arrêt de mort.

 

En outre, la position finale nécessaire à l'État d'Israël dans les négociations avec l'OLP - frontières défendables et la reconnaissance de ses droits souverains à Jérusalem - est quelque chose qu'aucun régime musulman ne peut accepter publiquement - surtout maintenant.

 

Bien éloigné de construire sur notre nouvelle relation de coopération, si le gouvernement écoute l'avis de la gauche et utilise nos liens naissants avec les Saoudiens et les Egyptiens pour renforcer l'OLP, il soulignera et exacerbera les conflits d'intérêts et ainsi détruira le partenariat.

 

En outre, le fait est que l'OLP ne peut jouer aucun rôle constructif pour l'une des parties à l'affaiblissement de nos ennemis communs. Comme il l’a fait durant la dernière décennie, au cours de la guerre actuelle Abbas a démontré qu'il est tout à fait inutile dans la lutte contre les forces du djihad – que ce soit de la variété sunnite et chiite.

 

Au moins pour la durée de la présidence d'Obama les intérêts que l'Egypte, l'Arabie Saoudite et Israël ont en commun pour empêcher l'Iran de développer des armes nucléaires et de vaincre les Frères Musulmans / l’Etat islamique en tant que menaces militaires et politiques ne peuvent être avancés que par une action commune.

 

L'administration Obama aurait forcé Israël à se plier aux demandes du Hamas il y a des semaines de cela si les Égyptiens et les Saoudiens ne se seraient pas opposés à une victoire du Hamas.

 

Sans une action militaire israélienne, l'Iran deviendra une puissance nucléaire. Compte tenu de l'appui des Etats-Unis sur le programme nucléaire de l'Iran, une telle opération israélienne est effectivement impossible sans un soutien régional.

 

Quant à l'État islamique, à l'heure actuelle les États-Unis sont intéressés à coopérer avec l'Iran dans la lutte contre la force barbare.

 

En échange de la coopération iranienne, les Etats-Unis est susceptible de céder Bassorah et le Chatt al-Arab a l’Iran.

 

Une coopération efficace entre Israël, les Kurdes et les sunnites pourrait contenir, et peut-être vaincre, l’Etat islamique, tout en réduisant les chances de l'Iran d'obtenir la voie navigable vitale du point de vue stratégique.

 

Comme le partenariat naissant entre Israël, l'Egypte et l'Arabie Saoudite est une conséquence directe de la destruction de l'administration Obama de la crédibilité stratégique américaine, il est assez clair que s’il est bien géré, il peut durer jusqu'à Janvier 2017. Jusque-là, selon toute vraisemblance, les Etats-Unis ne voudront pas et ne pourront pas rétablir leur réputation.

 

Et jusque-là, les parties sont peu susceptibles de trouver d'autres moyens d'assurer leurs intérêts qui soient plus efficaces que l'action commune.

 

Compte tenu des enjeux, et des capacités complémentaires des différentes parties, la tâche principale d'Israël aujourd'hui doit être de travailler silencieusement et avec diligence avec les Saoudiens et les Egyptiens à développer leurs réalisations communes dans la bande de Gaza.

 

L'alliance entre Israël, l’Egypte et l’Arabie Saoudite peut veiller à ce que tous les membres survivent à l'ère Obama. Et si elle dure jusqu’à la prochaine administration, elle mettra tous ses membres dans une position de plus de sécurité avec les Etats-Unis, que la nouvelle administration décide ou non de reconstruire la structure des alliances des États-Unis au Moyen-Orient.

 

http://www.carolineglick.com

Contenu Correspondant