Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

LA MUSIQUE ANDALOUSE

Envoyé par rbati boukroune 
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
24 juin 2008, 02:11
suite
Pièces jointes:
paysage 3&4.JPG
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
24 juin 2008, 02:13
suite 1
Pièces jointes:
paysage 5&6.JPG
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
24 juin 2008, 02:16
suite 2
Pièces jointes:
paysage 7&8.JPG
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
24 juin 2008, 02:17
suite 3
Pièces jointes:
paysage 9&10.JPG
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
24 juin 2008, 02:19
suite et end
Pièces jointes:
paysage 11&12.JPG
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
25 juin 2008, 01:06
RENCONTRE "AU SOMMET " HIER A PARIS , entre votre serviteur Dr.rbati
el andaluz et notre illustrissime et cherissime MAGHROUM, un homme d'
une gentillesse , amabilité , culture , indefectible attachement au
maroc et ses valeurs.UNE RENCONTRE RICHE D'ENSEIGNEMENTS ET D'AMITIE.

Prochainement les photos sur cette rubrique.


BIEN A VOUS TOUTES ET TOUS.


EL ANDALUZ
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
25 juin 2008, 02:24
merci si Kamal pour les belles photos de la alhambra y generalife de
Granada...tu as le nojour de notre grand ami Maghroum .


EL ANDALUZ
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
25 juin 2008, 02:25
erratum : tu as le BONJOUR

EL ANDALUZ
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
25 juin 2008, 04:49
grand merci lamak pour ces belles photos que du bonheur ecouter une bouba et voir ces beaux jardins praradisiaques.l'enchantement de l'andalousie.de belles prestaions andalousiates a blida par les differentes associations,vendredi la cloture avec cheikh el ghafour inchallah j'espere qu'il sera present.a bientot les amis
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
25 juin 2008, 07:38
rbati boukroune a écrit:
-------------------------------------------------------
> erratum : tu as le BONJOUR

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Bonsoir Docteur, bonsoir Ousthad Maghroum.smileys with beersmileys with beer

Quel heureux évenement que de rencontrer notre agréable Ami maghroum.

je suis sûr que vous avez passé d'agréables moments autour d'un café sur l'un des boulevards de Paris.

En plus il fait beau ces jours-ci.


lamak.
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
25 juin 2008, 08:51
BESSLAMTEK 3LINA A SI KAMAL......ON AURAIT AIME QUE TU SOIS PARMI
NOUS........CE OUSTAD MAGHROUM EST UN TRESOR..UN HOMME AVEC UN GRAND
COEUR.

AMITIES

EL ANDALUZ
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
25 juin 2008, 10:39
lamak a écrit:
-------------------------------------------------------
> rbati boukroune a écrit:
> --------------------------------------------------
> -----
> > erratum : tu as le BONJOUR
>
> @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@
>
> Bonsoir Docteur, bonsoir Ousthad
> Maghroum.smileys with beersmileys with beer
>
> Quel heureux évenement que de rencontrer notre
> agréable Ami maghroum.
>
> je suis sûr que vous avez passé d'agréables
> moments autour d'un café sur l'un des boulevards
> de Paris.
>
> En plus il fait beau ces jours-ci.
>
> lamak.




BESSLAMTEK , pas seulement un café , mais un somptueux dîner dans
un restaurant de bonne enseigne de la ville des lumières.

amitiés
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
26 juin 2008, 04:53
LES BIENFAITS DE LA MUSICOTHERAPIE



A l'époque de l'apogée de la médecine arabe en andalousie ,la
musicothérapie était impérativement associée à tout protocole
thérapeutique , dans les MARISTANS , ou les hôpitaux de l'époque
SURTOUT avec cette belle musique ANDALOUSE HAUTEMENT CIVILISEE
je suis sûr , la guérison était obtenue plus rapidement.



Applications thérapeutiques


Les applications thérapeutiques de la musicothérapie sont très nombreuses. Il est impossible d'en dresser ici une liste exhaustive. Beaucoup d'études ont observé des effets positifs, comme une meilleure relaxation, une amélioration de l'humeur et de la qualité de vie, une diminution de l'anxiété, etc. Mais il peut être difficile de savoir précisément dans quelle mesure ces effets sont directement attribuables à la musicothérapie. Les interventions (choix de musique, durée de la séance, intensité, etc.) et les mesures varient énormément d'une étude à l'autre. Aussi, la taille des échantillons de la majorité des études est souvent insuffisante pour permettre de tirer des conclusions vraiment claires. La section qui suit contient un résumé des principales applications thérapeutiques de la musicothérapie, évaluées par des études scientifiques.


Recherches

Efficace Améliorer l'humeur. Plusieurs études indiquent que la musicothérapie peut contribuer à améliorer l'humeur, et ce, auprès de diverses populations. Voici quelques exemples. Elle aurait des effets significatifs chez des patients hospitalisés en rendant le séjour à l'hôpital plus agréable pour eux et les membres de leur famille. Elle limiterait les perturbations de l'humeur liées à l'autogreffe de cellules souches. Elle contribuait à améliorer l'humeur des travailleurs en soins de longue durée.

Efficacité probable Réduire l'anxiété. La littérature scientifique qui porte sur l'efficacité de la musicothérapie pour réduire l'anxiété est abondante. Publiée en 2002, une revue systématique de six essais cliniques randomisés rapporte clairement les effets bénéfiques de cette approche auprès de patients hospitalisés4. Selon les auteurs, ce traitement abordable devrait être recommandé comme adjuvant aux soins classiques. En outre, des essais cliniques ont démontré l’efficacité de la musicothérapie pour réduire l'anxiété en soins palliatifs, au cours de procédures médicales diverses (en phases pré et postopératoires), dans la prise en charge de la lombalgie chronique et auprès de patients souffrant de troubles respiratoires ou de problèmes cardiaques. Cependant, la plupart des études n'ont pas relevé d'effet à long terme. En ce qui concerne les enfants, la musicothérapie pourrait soulager l'anxiété avant une chirurgie au moment de la séparation avec les parents et en salle d'opération.

D'autres recherches seront nécessaires pour déterminer les conditions optimales d'utilisation de la musicothérapie. En effet, les protocoles de recherche, le type de musique et la durée du traitement sont très variables d'une étude à l'autre. On note aussi des faiblesses méthodologiques.

Efficacité probable Contribuer au soulagement de la douleur. De nombreux articles, dont plusieurs revues de la littérature scientifique, ont été publiés concernant le soulagement de la douleur par la musicothérapie. Elle contribuerait à diminuer l'utilisation de morphine et d'autres sédatifs, d'anxiolytiques et d'analgésiques. De plus, elle favoriserait une diminution de la perception de la douleur et une plus grande tolérance à celle-ci. Entre autres, des recherches ont rapporté une réduction des symptômes douloureux associés à l'arthrite rhumatoïde, aux troubles musculosquelettiques et à l’arthrose. La musicothérapie s’est également avérée efficace contre la douleur chronique, les maux de dos et les maux de tête de même que dans le cadre de soins palliatifs, post-anesthésiques, intensifs et néonatals. Elle a aussi été utile lors de chirurgie ou de procédures médicales diverses.

Par contre, la plupart des études ne révèlent qu'une diminution plutôt modeste de la douleur. Plus la douleur est importante, moins l’effet de la musicothérapie est appréciable. Une revue systématique publiée en 2006 confirme que l’importance de l’effet analgésique est peu significative d’un point de vue clinique. Les auteurs concluent que la musicothérapie ne devrait pas être considérée comme une méthode de soulagement primaire de la douleur, mais davantage comme un complément aux autres approches thérapeutiques.

Efficacité probable Améliorer la qualité de vie de personnes souffrant de schizophrénie. Une revue des essais cliniques randomisés, publiée en 2005, indique que la musicothérapie peut contribuer à améliorer l'état global, la santé mentale et le fonctionnement social des personnes atteintes de schizophrénie. Par exemple, les résultats d'un essai clinique réalisé auprès de 76 sujets atteints de schizophrénie résiduelle ont révélé une diminution de l'isolement social ainsi qu’une augmentation de l'intérêt pour les événements externes et de l'habileté à dialoguer avec les autres. Pour l'instant, la plupart des études ont observé ces résultats à court et moyen terme. D’autres recherches seront nécessaires afin de déterminer l'efficacité de cette technique à long terme.

Efficacité probable Contribuer au soulagement de certains symptômes liés à l'autisme. Une méta-analyse et une revue systématique ont fait état des effets positifs de la musicothérapie dans le traitement de l'autisme. Puisque toutes les utilisations de la musique auprès des enfants et des adolescents ont eu un effet important, il semble que la musique soit un outil très puissant devant ce problème de santé. Concrètement, les bénéfices rapportés sont, entre autres, une augmentation des vocalisations, des verbalisations, des gestes, de la compréhension de vocabulaire, de l'attention liée à la tâche, des actes communicatifs, du jeu symbolique et des habiletés aux soins personnels ainsi qu’une diminution de l'écholalie (répétition automatique des phrases au fur et à mesure qu’on les entend). Les chercheurs ont aussi observé une amélioration de la conscience du corps et de la coordination, et une diminution de l'anxiété. Par contre, les résultats sont mitigés en ce qui concerne l'effet sur les troubles de comportement. Il reste aussi à définir clairement les bénéfices à long terme.

Efficacité probable Améliorer les étapes du sommeil. Les effets apaisants d'une musique douce - instrumentale ou chantée, enregistrée ou en direct - ont été observés à tous les âges de la vie. Selon les résultats d'études cliniques effectuées auprès de personnes âgées, la musicothérapie pourrait faciliter l'endormissement, diminuer le nombre de réveils, améliorer la qualité du sommeil et en augmenter la durée ainsi que l'efficacité. D’autres études devront toutefois être effectuées pour valider ces résultats prometteurs.

Efficacité possible Contribuer au développement de l'enfant et à l'amélioration des soins néonatals. La musicothérapie occupe une place de plus en plus importante dans les soins administrés aux nourrissons et aux enfants ayant des besoins particuliers. Les résultats d'une méta-analyse sur l'efficacité de la musicothérapie auprès des enfants prématurés indiquent que cette approche peut contribuer à rendre le nourrisson plus calme. Elle peut en outre stimuler le développement du langage, augmenter le gain de poids et la tolérance à la stimulation et réduire le stress et la durée de l'hospitalisation.

La musicothérapie faciliterait l'adaptation à un séjour hospitalier et contribuerait au soulagement de la douleur durant des procédures médicales. Exercée activement dans un contexte thérapeutique, elle favoriserait une meilleure expression des émotions et augmenterait la motivation et l'estime de soi .

Efficacité possible Contribuer au soulagement de symptômes liés à la démence. Plusieurs revues littéraires ou systématiques ont fait le point sur les bénéfices que semble procurer l'utilisation de la musicothérapie auprès de personnes souffrant de démence. La plupart des essais cliniques réalisés à ce sujet rapportent des effets comme une amélioration des habiletés sociales et de l'état émotionnel ainsi qu’une diminution des troubles de comportement (agitation, agressivité, errance, etc.). Il semble aussi que ce type d'approche diminuerait le recours à des interventions physiques et pharmacologiques. Cependant, les essais cliniques contrôlés et randomisés sont rares. Les protocoles manquent d’uniformité et quelques fois, les résultats sont non concluants. Les recherches devront se poursuivre pour évaluer plus rigoureusement cette approche.

Efficacité possible Améliorer la coordination des personnes atteintes de la maladie de Parkinson. D’après quelques données probantes, la musicothérapie, utilisée seule ou avec la physiothérapie, peut contribuer à augmenter la coordination motrice chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Des améliorations ont été observées sur la vitesse de marche, la distance et la cadence du pas, la lenteur généralisée et la précision des mouvements. De plus, certains bénéfices en ce qui concerne les fonctions émotionnelles, le langage et la qualité de vie ont aussi été documentés. La plupart des études ont été réalisées auprès de petits échantillons et comportent des lacunes méthodologiques. Des recherches de plus grande envergure seront nécessaires pour confirmer ces résultats.

Efficacité possible Réduire les doses de médicaments durant les procédures médicales sous sédation. Les résultats de divers essais cliniques randomisés ou non laissent entendre que la musicothérapie pourrait contribuer à diminuer les doses de morphine et d’autres sédatifs, d'anxiolytiques ou d'analgésiques utilisées durant une sédation. Cette approche pourrait aussi augmenter le sentiment de confort et de satisfaction des patients. Par contre, bien que la majorité des études rapporte des résultats prometteurs, d'autres ne sont pas parvenu aux mêmes conclusions. Pour l'instant, il semble que cette technique peu coûteuse et sans risque constitue un bon adjuvant aux soins classiques.

Efficacité possible Contribuer à améliorer des performances physiques et cognitives. Les résultats de nombreuses études révèlent que la musicothérapie pourrait favoriser une amélioration des performances dans de multiples domaines. Trois revues de littérature scientifique résument quelques-unes de ses applications. Par exemple, la musicothérapie associée à l'exercice physique pourrait diminuer les sensations de malaise qui en découlent parfois et augmenter la tolérance à l'effort. La musicothérapie pourrait aussi être bénéfique durant la réalisation de tâches cognitives. Elle permettrait également de stimuler le langage de sujets atteints de troubles mentaux ou le fonctionnement moteur de personnes souffrant d’un handicap. Cependant, les protocoles de recherche manquent d’uniformité et très peu possèdent une méthodologie rigoureuse qui permettrait leur réplication. Par ailleurs, certains auteurs émettent l'hypothèse que ces effets ne proviendraient pas de la musique elle-même, mais du fait qu’elle diminue l'anxiété et améliore l'humeur.

Efficacité possible Soulager certains symptômes de la dépression. Quelques données préliminaires laissent croire que la musicothérapie pourrait être efficace dans le soulagement de certains symptômes de la dépression. Elle augmenterait aussi la réponse aux antidépresseurs. La musicothérapie pourrait aussi agir favorablement sur les troubles dépressifs des sujets âgés vivant en institution. Mais d'autres études seront nécessaires pour valider cette approche.

Efficacité incertaine Autres indications. Des études ont été publiées relativement aux bénéfices de la musicothérapie dans le traitement de troubles de santé mentale divers ou de difficultés d'apprentissage, du syndrome de Rett, de la dyslexie, des nausées ou des vomissements post-opératoires, de la sclérose en plaques et de personnes souffrant de problèmes cardiaques et de la fibrose kystique. La musicothérapie pourrait aussi aider à exprimer des émotions liées au deuil, à l'apprentissage d'une langue seconde et à la réhabilitation à la suite de l'abus de drogues ou d’alcool. Les effets de la musicothérapie ont également été évalués auprès des femmes enceintes ou durant l'accouchement. Toutefois, les recherches disponibles à l’heure actuelle ne permettent pas de confirmer l'efficacité de la musicothérapie pour ces indications.

Contre-indications et risques. Les risques associés à la musicothérapie sont pratiquement inexistants et relèvent du bon sens. Cela dit, il est possible que certains patients, dans des conditions particulières, soient influencés négativement par certains types de musique - comme le « heavy metal » ou le « hard rock » - et se retrouvent par exemple dans un état d'excitation non désiré. Évidemment, le volume doit être approprié et adapté selon les circonstances et les clientèles. Enfin, les services d'un professionnel reconnu sont fortement conseillés afin de déterminer les conditions idéales d’utilisation de la musique dans un contexte thérapeutique.

extrait du Web par votre serviteur.

Dr....Rbati el andaluz.............France


EL ANDALUZ
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
26 juin 2008, 14:17
L'APOGEE DE LA CIVILISATION D' "AL ANDALUS"


Avec leur entrée en Espagne en 711, les Maures ont été les annonciateurs d’une aventure prodigieuse et ont fait de AL Andalus une terre de rencontres culturelles.
Le Califat de Cordoue fut pendant longtemps l´état le plus sophistiqué de l´Europe. Les arabes apportèrent des techniques d´exploitation agricole, des connaissances botaniques et scientifiques, des poésies et un développement intellectuel pendant huit siècles.

• L'APPORT DE LA CIVILISATION ARABOANDALOUSE :

- en agriculture

Al Andalus était une terre fertile mais aussi avec de grandes zones sèches difficilement cultivables. Les musulmans experts en agriculture, perfectionnèrent le système romain de l’irrigation et introduisirent la noria pour puiser l’eau des puits ; grâce à ces systèmes, l’agriculture se développa et le rendement des cultures fut plus grand.
Les nouvelles cultures introduites par les arabes donnèrent du travail à des régions entières : dans la province de Jaén par exemple on vivait de la culture du mûrier blanc et de l’élevage du ver à soie. Sur la côte on vivait de la culture du riz, de la canne à sucre et du palmier dattier. Dans les environs de Grenade on cultivait des plantes aromatiques et médicinales. D’autres régions se consacraient à la culture du coton et du lin. L’olivier et la vigne étaient répandus dans toute la péninsule.

- La vie urbaine

Les arabes apportèrent une urbanisation très brillante et soignée avec des rues pavées et des systèmes d’égouts. Dans les villes il y avait beaucoup d’artisans et de commerçants. Les métiers malodorants comme les tanneries se trouvaient dans les quartiers à la périphérie des villes, tandis que les commerces de luxe étaient regroupés dans les zones du centre. Une des industries les plus florissantes était la confection des tissus ; rien qu’à Cordoue il y avait 13000 tisserands. A Malaga et à Valence la fabrication de la céramique était une industrie puissante. A Almeria on produisait du verre et des pots en bronze et en fer. Tolède était productrice d’épées. A Cordoue on travaillait le cuir et les peaux pour divers usages. Les ciseleurs d’or participaient aussi à l’édification du royaume Al Andalus.

- La culture, les sciences

Les arabes apportèrent le système numérique actuel, l’unité de temps de 60 minutes et l’algèbre, ils ont introduit le papier avec l’université de Cordoue. La vitalité intellectuelle à Cordoue était intense : c’est par l’arabe Averroes (1126-1198) physicien, astrologue, mathématicien, médecin et philosophe que l’occident chrétien découvrit Aristote. A la même époque le juif Maimonide (1134-1205) fut un célèbre médecin, théologien et philosophe. Musulmans, juifs et chrétiens travaillaient ensemble. Jamais l’astronomie, la philosophie et la médecine n’auront fait autant de progrès.
Vers le milieu du 12ème siècle, les communautés musulmanes et juives de Tolède s’unirent pour traduire une multitude de textes anciens.

- L’art

Les palais se sont parés d’un raffinement tout oriental, les émirs et califes développèrent les arts. Au niveau de l’architecture on peut mentionner entre bien d’autres la mosquée de Cordoue dont les allées sont en marbre, les colonnes en jaspe et un patio rempli d’orangers et le palais de l’Alhambra qui est l’expression d’une civilisation raffinée (le stuc est omniprésent, finement découpé, parfois sculpté, l’Islam interdisant la représentation des êtres vivants, le décor est composé de figures géométriques, de phrases du Coran, d’arabesques, de ciselures peintes ou rehaussées d’or).



EL ANDALUZ
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
27 juin 2008, 02:00
AMINA ALAOUI : LA GRANDE CHANTEUSE MAROCAINE DU GHARNATI





Le chant arabo-andalou d’al-Andalus, le flamenco d’Andalousie et le fado du Portugal sont nés de la fusion de trois pôles culturels : l’Orient, l’Occident et l’Afrique du Nord. Tous trois chantent la solitude de l’affection, les uns l’appellent saudade ; les autres la nomment soles (soledad) ou encore assaudae, la mélancolie.
La péninsule Ibérique connut au Moyen Age une riche histoire. Un vent d’Orient (aussi bien byzantin, indo-persan que grec) et d’Afrique du Nord, passé par le filtre de la culture arabe, donna à cette terre une identité singulière, encore enrichie par ses contacts avec l’Europe. Ce bouillonnement culturel enraciné dans un dialogue mutuel et ce foisonnement des esprits donnèrent naissance à un âge d’or de la culture arabo-ibérique, qui rayonna dans toute l’Europe médiévale jusqu’au XVe siècle. Ce dernier siècle coïncide d’ailleurs avec l’arrivée en Andalousie des Gitans venus d’Orient.
La Reconquista mit fin à l’identité religieuse musulmane,mais point à celle de sa culture, trop longtemps enracinée sur le sol ibérique. Au-delà du XVe siècle, les Gitans et les Morisques eurent un rôle créatif déterminant de passeurs musicaux à travers le romancero, la copla ou dans les sonorités du patrimoine lyrique et musical andalou. Dès lors, on peut parler de fusion culturelle et artistique, d’Orient et d’Occident, et, sans cela, le flamenco n’aurait pas l’esthétique que nous lui connaissons. II suffit d’écouter le style andalusi (arabo-andalou), le flamenco et le fado pour se rendre compte que ces expressions musicales vibrent sur un même diapason de sensibilité musicale, celui du duende. Ce dernier se manifeste par une liberté absolue et une sincérité d’interprétation, par l’émotion et par l’improvisation, pour créer un moment unique de confidence qui vient du tréfonds de l’âme. Malgré les péripéties et la tragédie de l’histoire ibérique, le flamenco, le fado et l’andalusi continuent à chanter l’amour et la passion pour une même terre, avec une rage émotionnelle propre à chacun. Ils se comprennent et peuvent tout à fait se répondre avec des arguments musicaux et vocaux qui attestent d’un tronc et d’une histoire communs ; en tenant compte des différences qui les caractérisent du fait de leurs cheminements individuels à travers le temps et l’histoire, et des diverses adoptions venues d’ailleurs.

Née en 1964 dans la ville impériale de Fès, Amina Alaoui est issue d’une famille de mélomanes. Dès l’âge de 6 ans, elle étudie le chant arabo-andalou, le piano classique et la danse contemporaine, marocaine et orientale, qu’elle approfondit auprès de maîtres et au conservatoire de Rabat. Par ailleurs, ses études universitaires l’amènent à se consacrer à la philologie et à la linguistique (arabe, française et espagnole). Elle développe un travail de recherche personnel sur les chants arabo-andalous et orientaux, puis se tourne vers le gharnati, un rameau distinct de la musique araboandalouse. Par la suite, elle s’initie au chant classique persan, mais aussi au chant médiéval européen.

Son regard est certes tourné vers la tradition, mais elle a aussi su s’en éloigner pour proposer une démarche originale, répondant aux questions qui agitent le monde de la musique arabo-andalouse au Maroc. Elle travaille aujourd’hui dans deux directions. D’une part, enseigner la tradition des musiques arabo-andalouses, et en particulier celle de la musique gharnati, en rénovant les formes de sa transmission. Amina Alaoui mène toute une réflexion sur l’instrumentation, la durée des noubas, leurs rapports avec les sources médiévales hispaniques et européennes, la préparation des publics contemporains. Elle souhaite d’autre part proposer une vision personnelle du lien entre les musiques médiévales qui ont conflué en Espagne jusqu’au XVe siècle et les musiques arabo-andalouses telles qu’elles se sont développées au Maghreb après la Reconquista. A ce titre, son enregistrement Alcantara est exemplaire de cette démarche. Son approche actuelle du gharnati se situe dans cette double perspective. Style développé à travers les familles juives marocaines, les familles d’origine andalouse ( rabat ,
tlemcen ,fès,tétouan,chefchaouen,oujda,tunis,.....etc) , le gharnati porte une marque algérienne qui le fait nommer “dziri” (algérien) par les gens du maroc.






EL ANDALUZ
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
27 juin 2008, 03:32
un grand merci dr rbati allah yatik essaha ,un plus pour notre culture generale.j'ai lu vos messages avec amour.merci encore .
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
27 juin 2008, 05:41
NOUS LES ANDALOUS D'ORIGINE ANDALOUSE

Histoire du flamenco


Le Flamenco

Pour s’intégrer dans le monde du Flamenco le point de départ est de le considérer comme un Art. Art dont le noyau est l’Andalousie et dont l’origine est la fusion de nombreuses cultures aui durant des siècles vécurent ensemble en parfaite harmonie : arabe, juive, chrétiene et gitane.

Ce qui a été nommé comme chemin des cultures. Ainsi, la genèse du Flamenco est, en rigueur, une fusion de ces cultures.

L’occupation arabe qu’a connu l’Espagne durant presque huit siècles, principalement dans le Sud de la peninsule, celle-ci est la zone d’Andalousie, fut la source la plus importante de formation du style Flamenco, le style du chant maure, ses modulations de voix, ses larges plaintes et courts lamentements, ceci, unit aux romances castellanes qui arrivèrent dans l’époque de la reconquête, fut formé le style de chant nommé Chant Andalous.

Origines

Plusieurs ont attribué l’origine du Flamenco au peuple gitan, mais aujourd’hui cette affirmation est désaccréditée.
En Espagne entrèrent dans les débuts du XV ème siècle, selon les recherches faites à cet effet, procédaient du nort de l’Inde et cherchaient des climas plus chauds et adaptables a sa forme de vie à l’air libre et voyager en carrosses, une grande partie resteront à Cataluña, lieu de la peninsule d’où ils croient qu’il penetrèrent en Espagne, d’autres suivront jusqu’au Sud, et la plus part d’entre eux s’installeront dans la partie occidentale, c’est-à-dire, la basse Andalousie, Seville et Cadiz.

Le fait d’affirmer categoriquement que le Flamenco n’est pas synonyme de gitan repose dans la preuve que les gitans existent dans le monde entier et cependant, le Flamenco le chantent uniquement ceux qui habiteront l’Andalousie et leurs descendants.

Le Chant Flamenco véhicule la communication de la vérité de tous ces peuples; une vérité extraite des ses réalités tragiques et qui remue la voix du chanteur « el cantaor ».

Ainsi, le couplet andalous est une influence de nostalgies et de protestes lyriques d’ethnies oprimées. Les gitans ses propagants majeurs, ça fait des siècles qu’ils répondent máximos propagadores, llevan siglos cargando a cuestas, junto con sus escasos enseres, la tradition orale et chantée de ses gents ; les arbes furent expulsés de l’Espagne en 1492 et les juifs se virent obligés à se convertir au christianisme pour échapper des persécutions dont ils faisaient objet. Dans ce cadre historique dut forgé le Flamenco et pour ceci dans le chant il y a un fonds de peine qui décrit le désenchantement des peubles depossédés.

Autre mistère non résolu est le nom du Flamenco, pour plus d’interprétations qu’il lui a été donné, on n’est pas arrivé à une vérité éminente, il y a plusieurs théories, quelques une avec plus et d’autres avec moins de logique, les hypothèses suivantes sont celles qui ont plus de crédibilité.

La hypothèse surgit du mode que le nom a été donnñe par le ave zancuda appelé Flamenco, selon Rodríguez Marín, reférencés a ceux aui « pratiquèrent le chant, robes avec veste courte, longs et attachés à la cinture, pierniceñidos y nalgisacados eran propia y pintiparadamente la vera esfingie del ave palmipeda de ese nombre”.

Carlos Almendro suit dans la même ligne de pensées étant donné que dans la Cour du roi Carlos V, notre roi flamenc, les chanteurs de capilles venaient tous des Flandes, affirmant que seulement se chantait sous forme solemnelle et pour le dire, professionnelement, résultaient logique et naturel que le peuple s’habituera à considérer le flamenco (des Flandes) comme synonyme du « conteur » et ceci coopéra à qu’entre les gens s’étendera la notoriété du[/size] Flamenco conteur et d’ici se justifie le nom Flamenco donné au chant qui fut populaire dans cette époque.

Ce qui parait probable c’est que le terme flamand a une claire racine provenciale et qui signifie tant llameante comme encendido.

Comme nous voyons il y a plusieurs versions, mais aucune avec des fondement réellement justifiés comme pour lui donner la veracité absolue.


extrait du web

Dr. Rbati el andaluz........france
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
27 juin 2008, 07:55
NOUS LES ANDALOUS D'ORIGINE ANDALOUSE



Conservatoires de musique relevant du Ministère de la Culture- MAROC


Conservatoire de Rabat

Date de création 1944
Adresse 33. Rue Tensift Agdal
Directeur Mohamed Laghzaoui
Téléphone 037 773794
Disciplines Solfège, Luth, Piano, Guitare, Chant Classique, Violon, Violoncelle, Danse Classique, Percussion, Musique Andalouse, Clarinette, Violon arabe, Contrebasse, Mouachahat, Saxophone, Hautbois, Trompette, Basson, Alto, Flûte à bec, Harmonie, Qanoun, Trombone





Conservatoire Dar Moulay Rachid Rabat : MUSIQUE ANDALOUSE +++

Date de création 1927
Adresse Dar My Rchid, sidi Fateh
Directeur Omar El Idrissi
Disciplines Luth, Solfège, Violon, Musique Andalouse, Flûte arabe, Flûte à bec.




Conservatoire de Kénitra

Date de création 1967
Adresse Avenue Med V
Directeur Mohamed Lemkhantar
Téléphone 037 379295
Disciplines Violon, Solfège, Piano, Luth, Musique Andalouse, Violoncelle




Conservatoire de Fès

Date de création 1960
Adresse Rue Mustapha lamaani. Ville Nouvelle
Directeur Mohamed Briouel
Téléphone 035 62 39 93
Disciplines Solfège, Violon, Guitare, Percussion, Musique Andalouse, Luth, Piano , Rabab, Inchad.



Centre Dar Adyel à Fès.........MUSIQUE ANDALOUSE +++

Date de création 2001
Adresse Rue sidi Ahmed Chaoui
Directeur Mohamed Briouel
Téléphone 055 623993
Disciplines Musique Andalouse, Melhoun, Samae, Rabab, Piano




Conservatoire de Casablanca

Date de création 1972
Adresse Complexe culturel Benmsik
Directeur Said El Khatab
Téléphone 022 372189
Disciplines Guitare, Solfège Bray, Violon, Piano, Danse Classique, Chant Classique, Luth, Percussion, Musique Andalouse, Saxophone, Solfège.





Conservatoire de Tétouan..........MUSIQUE ANDALOUSE +++

Date de création 1945
Adresse Quartier scolaire, Maison de la Culture , BP 87
Directeur Abdelaziz Laariba
Téléphone 039 96 35 31/ 060 67 32 66
Disciplines Piano, Guitare, Solfège, Violon, Musique Andalouse, Luth, Harmonie, Clarinette, Contrebasse, Rabab, Violon, Violoncelle, Inchad, Violoncelle, Percussion.



Conservatoire de Tanger...........MUSIQUE ANDALOUSE +++

Date de création 1960
Adresse 10, Rue Mahatma Ghandi,
Directeur Jamal Eddine Ben Allal
Téléphone 039 93 89 11
Disciplines Violon, Musique Andalouse, Solfège, Luth, Guitare, Piano.





Conservatoire de Larache.........MUSIQUE ANDALOUSE +++

Date de création 1972
Adresse Dar El Makhzen
Directeur Abdellah Sedrati
Téléphone 039 91 28 11/ 063 81 25 94
Disciplines Violon, Musique Andalouse, Saxophone, Piano, Solfège, Luth, Inchad, Qanoun, Percussion, Violoncelle, Clarinette.





Conservatoire de chefchaouen.........MUSIQUE ANDALOUSE +++


Date de création 1976
Adresse Dar el Bacha
Directeur Othmane El Boukhari
Téléphone 039 98 66 51
Disciplines Solfège, Musique Andalouse, Luth, Piano, Violon, Madih wa Samâa.





Conservatoire de Ksar El Kébir........MUSIQUE ANDALOUSE +++

Date de création 1973
Adresse Complexe culturel
Directeur Amina Zizoune
Téléphone 039 918820
Disciplines Luth, Musique Andalouse, Solfège, Violon, Guitare.




Conservatoire de Marrakech.......MUSIQUE ANDALOUSE +++

Date de création 1948
Adresse Arçat al Hamed Bab Doukkala
Directeur Abdallah Ben Abou
Téléphone 024 387066
Disciplines Piano, Luth, Guitare, Solfège, Saxophone, Violon, Musique Andalouse, Mouachahat.




Conservatoire de Meknès.......MUSIQUE ANDALOUSE +++

Date de création 1975
Adresse 22, rue Marrakchia, qa’ warda
Directeur M’hamed El Houari
Téléphone 035 530065
Disciplines Musique Andalouse, Solfège, Piano, Violon, Malhoune, Violoncelle, Qanoun, Luth, Guitare.



Conservatoire de Taza

Date de création 1972
Adresse Avenue Med V Sahat al Istiqlal
Téléphone 035 673801
Disciplines Solfège, Luth, Musique Andalouse, Violon, Guitare, Piano.





Conservatoire de Oujda..........MUSIQUE ANDALOUSE

Date de création 1992
Adresse Musée Lalla Meryem, Avenue El Mahgreb El Arabi
Directeur Said Ouazzani
Téléphone 036 68 27 83/ 061 38 33 85
Disciplines Piano, Guitare, Violon, Luth.




Conservatoire de Safi ( assfi).......MUSIQUE ANDALOUSE +++

Date de création 1968
Adresse 4, avenue Chawki, Face Hotêl Atlantid
Directeur Hassan Lafrifra
Téléphone 024 463450
Disciplines Solfège, Luth, Musique Andalouse.



Conservatoire de Laayoune SAHARA MAROCAIN


Date de création 1984
Adresse Complexe culturel
Directeur Ibrahim Bouriyyal
Téléphone 028 99 33 99
Disciplines Luth, Solfège, Musique Andalouse, Violon, Malhoune






Conservatoire de Demnate

Date de création
1999

Adresse
B.P n° 12

Directeur
Hicham Daloui

Téléphone
037 36 11 52/ 077 36 11 52

Disciplines
Luth, Violon, Guitare, Piano, Solfège.





Conservatoire d'Essaouira

Date de création
1998

Adresse
Rue Marrakech, Dar Etalib

Directeur
Khalid Laawane

Téléphone
037 50 49 60/ 079 50 49 60

Disciplines
Guitare, Solfège, Violon, Luth, Musique Andalouse, Malhoune.





Conservatoire de Khémisset

Date de création
1985

Adresse
Av Ibn Sina, Centre Unesco

Directeur
Abdelwahab Essafyani

Téléphone
037 55 08 82

Disciplines
Solfège, Piano, Violon, Luth, Saxophone, Guitare, Percussion.





Conservatoire de Jerada

Date de création
2002

Adresse
Complexe Culturel de Jerada

Directeur
Said El Ouazzani

Téléphone
061 38 33 85

Disciplines
Luth, Guitare, Violon, Piano.






Conservatoire de Tiznit

Date de création
2001

Adresse
Place El Kofa - Municipalité de Tiznit

Directeur
Mostafa El BAz

Téléphone
048 86 36 02

Disciplines
Solfège, Guitare, Luth, Violon, Piano.






Conservatoire de Beni Mellal

Date de création
1989

Adresse
Place de la liberté

Directeur
Mostafa Boudraa

Téléphone
023 48 29 88

Disciplines
Piano, Solfège, Violon, Luth, Musique Andalouse, Guitare.




Conservatoire de Salé .......MUSIQUE ANDALOUSE +++

Date de création
1995

Adresse
Dar El Baroud. Avenue 2 mars

Directeur
Said El Ouardi

Téléphone
068 68 04 28

Disciplines
Musique Andalouse, Luth, Guitare, Solfège, Violon, Piano, Danse Classique, Flûte à bec, Percussion, Qanoun, Mouachahat, Malhoune, Violoncelle.




Conservatoire d' Agadir

Date de création
1972

Adresse
Quartier industriel, Rue Oued Ziz

Directeur
Si Ahmed Drissi

Téléphone
028 82 45 58

Disciplines
Solfège, Luth, Violon, Clarinette, Piano, Guitare, Rabab soussi, Violon Arabe.




Conservatoire de Sidi Kacem

Date de création
2004

Adresse
Rue 17, hay AL Jadid

Directeur
Abdelfattah El Kasbi

Téléphone
037 59 00 87

Disciplines
Violon, Luth, Percussion, Solfège.




Conservatoire de Témara

Date de création
2004

Adresse
Avenue Hassan 2

Directeur
Nadia Baabou

Téléphone
037 74 79 37

Disciplines
Chant Classique, Musique Andalouse, Solfège, Luth, Guitare, Violon, Saxophone, Piano, Percussion, Qanoun, Mouachahat.




EL ANDALUZ
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
27 juin 2008, 08:03

NOUS LES ANDALOUS D'ORIGINE ANDALOUSE


LE MALOUF TUNISIEN : ANALYSE RECENTE



L’enthousiasme des melomanes et de la critique pour la Rachidia et son nouveau directeur artistique, Ziad Gharsa, se comprend parfaitement. La race des «Machaïekh» se perpétue. Le malouf maintient sa haute lignée.

Davantage : Zied Gharsa ajoute à la compétence et à l’érudition de ses illustres prédécesseurs une qualité de voix et d’interprétation sans doute jamais égalée par le passé. Avec un chant d’une telle rigueur et d’une telle saveur, notre patrimoine musical classique peut gagner en audience et peut-être encore en influence.


Jubilation n’est cependant pas raison. Il faut que par-delà la satisfaction générale (somme toute ponctuelle), on sache aussi faire une bonne lecture du «terrain».



Sans une base sociale…



Le malouf, d’abord, n’est plus d’époque. Les concerts mensuels de la Rachidia peuvent se poursuivre tout aussi brillants les uns que les autres, tant qu’ils n’intéresseront pas le plus grand nombre, tant qu’ils ne représenteront pas une vraie musique de société, ils ne traduiront toujours qu’une expression artistique d’élite, forcement «confinée», limitée. Un long et dur labeur attend l’Institut rachidien et son enfant prodigue s’ils entendent vraiment sortir de «l’ornière de l’oubli».

Au début des années 60 au moment où la chanson urbaine explosait, la Rachidia avait eu à affronter une situation similaire. Mais Salah El Mehdi, Mohamed Triki, Kaddour Srarfi, Mohamed Saâda, Abdelhamid Ben Aligia et le grand disciple de Tarnane Tahar Gharsa étaient tous là et ils menèrent bataille sur tous les fronts, concerts, diffusion, enseignement, formation, pour que le malouf et toutes les autres formes de musique tunisienne classique tiennent solidement le coup. Dans le même temps, la structure scolaire suivait : une génération entière de nouveaux diplômés du conservatoire se répandait à travers les lycées créant des troupes spécifiques, inculquant méthodiquement le répertoire andalou, vulgarisant avec adresse et patience les meilleures musiques savantes. Le malouf reconstruisait sa base sociale. Et à la faveur du remarquable travail de popularisation de Tahar Gharsa, qui investissait théâtres, places de loisirs et télévision, il se chanta couramment dans les galas de noces, dans les concerts de quartiers, les maisons.

La difficulté pour les actuels responsables de la Rachidia et pour Ziad Gharsa sera de tenter la même voie. Il ne servira à rien de se contenter d’une «excellence isolée» et d’un succès de critique. Le malouf est un des fondements de notre musique nationale. Ses treize Nouba, anthologies poétiques et modales d’une élaboration exemplaire, ses innombrables achaghals et foundous, ses méthodes consignées d’improvisation, ses grandes inspirations profanes, constituent le territoire même de la création tunisienne. Si la Rachidia, dans son élan actuel, si Ziad Gharsa avec son talent et sa popularité, ne se font pas un devoir de reporter, à nouveau, cette immense richesse dans le quotidien des gens, ils n’auront en fin de compte ni semé la bonne graine, ni récolte de fruit. On n’aura, tous, que cultivé des ego, courtisé des carrières et entretenu en pure perte «d’improductifs moments».



Présent actif, perspective d’avenir



La Rachidia doit rayonner sur l’ensemble de la vie musicale pour marquer sa présence. Le malouf doit dépasser sa «condition ancienne et affronter son temps».

Certes cela ne sera pas une sinécure. Les musiques en vogue sont beaucoup plus puissantes et influentes que dans les années 60. Les radios et les télévisions négligent l’art pour l’audimat. Les publics jeunes ont mal à coller à leur mémoire et à leurs traditions. On insiste néanmoins : ce n’est pas une impossibilité. C’est un juste et nécessaire combat. L’actuelle direction devrait d’abord s’occuper davantage des lieux. La vétusté, l’humidité, les conditions plutôt défavorables de fréquentation n’incitent pas les jeunes à venir se former. Un institut sans attrait et sans confort est une institut sans formation.

Autre lacune, autre paradoxe : le concert mensuel ne suffit point à la tâche. Les mourtarhat d’il y a trente et quarante ans complétaient une activité diversifiée. Les rendez-vous actuels sont comme une fin en soi. Un travail d’édition et de diffusion devrait venir les relayer. La Rachidia n’a pas pour seule vocation de conserver le patrimoine musical. Elle doit également exploiter ce patrimoine dans une activité présente et une perspective d’avenir. La composition nouvelle, la prospection des voix, la recherche sur les traditions instrumentales et les modèles du chant, autant de matières complémentaires, ô combien utiles à la consolidation et au développement de l’art musical classique, auxquelles le bureau directeur, la direction artistique, les compétences qui s’exercent au sein de l’ensemble devraient tout aussi bien consacrer leur énergie et leur temps.

L’inquiétude enfin pointe du côte du maître. Elle existait déjà du temps de Tarnane et de Tahar Gharsa. A cette époque, on craignait la rareté des maloufjistes. Les maîtres, disait-on (parfois non sans raison) rechignaient à communiquer leur savoir. Il y avait panne dans la transmission. Peut-être faudra-t-il en aviser déjà Ziad Gharsa. L’énorme bagage musical, vocal et instrumental que lui a légué son père est une richesse personnelle certes, mais c’est aussi l’héritage artistique de toute une nation. Le malouf se meurt aussi, que l’on y songe un peu, par rétention. Si nos érudits et nos virtuoses n’en prennent pas tôt conscience un jour ou l’autre, la «chaîne» risque d’être à jamais rompue !!


extrait du web

el andaluz , rotundamente andaluz hasta el hueso , no !


EL ANDALUZ
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
27 juin 2008, 12:40
RENCONTRE AU SOMMET A PARIS LE 22-06-2008 ENTRE AL

OUSTAD MAGHROUM ET LE DR. RBATI EL ANDALUZ ( lunettes)

KIOSQUE DE LA PLACE DE LA REPUBLIQUE

Pièces jointes:
SP_A0031.jpg
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2023 - DAFINA - All Rights Reserved