Share |

Iran : L'Occident trahit Israël et se trahit lui-même

Iran : L'Occident trahit Israël et se trahit lui-même(info # 011907/15)[Analyse]

Par Guy Millière © MetulaNewsAgency

 

L'accord passé entre l'Iran, la Russie, la Chine et les puissances occidentales concernant le nucléaire iranien a été immédiatement perçu en Israël comme une trahison. A juste titre. C'est une trahison. Les propos hypocrites d'Obama n'y changeront rien, et sa façon d'ironiser sur les paroles, justes et légitimes, de Binyamin Netanyahou montrent que, par-delà l'hypocrisie, Obama est bel et bien un ennemi d'Israël.

 

Qu'Obama trahisse Israël n'a rien de surprenant : c'est chez lui une attitude constante depuis janvier 2009. Que les dirigeants européens, la France en tête, fassent de même n'a rien de surprenant non plus.

 

Aux Etats Unis, au moins, des propos critiques de la décision d'Obama se sont fait entendre. En Europe, en France en particulier, les propos critiques ont été inexistants, et je n'ai, je dois le dire, entendu personne s'en prendre à Laurent Fabius, qui a osé dire que l'accord était un "bon accord" et que la France avait fait preuve de fermeté.

 

En réalité, Obama, par Kerry interposé, a tout cédé, et Fabius n'a rien obtenu, sinon, peut-être, un point-virgule ici ou là.

 

Et un constat effroyable s'impose, les Etats Unis d'Obama laissent Israël seul ou presque face à un régime qui a pour obsession d'appeler à sa destruction génocidaire et à celle du peuple juif israélien. Les Etats Unis d'Obama font davantage que laisser Israël seul face à ce régime : ils offrent à ce régime l'opportunité de se doter de l'arme nucléaire et des missiles nécessaires pour frapper. Ils lui offrent, en outre, grâce à la levée de toutes les sanctions, des centaines de milliards de dollars pour monter en puissance et financer de multiples activités de déstabilisation et de terrorisme dans une région déjà en proie au chaos.

 

Un autre constat effroyable s'impose : les Européens, la France en tête, acceptent avec joie le fait qu'Israël soit laissé seul face au régime iranien, et que le régime en question puisse se doter de l'arme nucléaire et des missiles nécessaires pour frapper. Les Européens, France en tête, entérinent avec la même joie l'offre de centaines de milliards de dollars faite à l'Iran, et tout ce qui en résultera.

 

Dans un article sur ce sujet, Daniel Pipes se demandait voici peu si l'accord passé était le pire accord de tous les temps, et avait tendance à répondre par l'affirmative. D'autres analystes américains disaient qu'Obama était infiniment pire que Neville Chamberlain en 1938. Ils notaient que Chamberlain, au moins, aimait son pays, pensait gagner du temps, et agissait depuis une position de faiblesse. Et ils soulignaient, qu'à l'évidence, Obama n'aime pas son pays, ne veut en aucune façon gagner du temps, et n'est pas dans une position de faiblesse dès lors que les Etats Unis restent à ce jour la seule superpuissance mondiale.

 

Ils auraient pu rappeler que Chamberlain était accompagné, en 1938 à Munich, par le Français Daladier, et comparer Fabius à Daladier ; ils ne l'ont pas fait, car, hors de France, les dirigeants français actuels sont si insignifiants qu'il est inutile de les citer. Ils auraient pu rappeler, surtout, les mots que Winston Churchill a prononcés en 1938, après les accords de Munich : "Vous avez choisi le déshonneur pour ne pas avoir la guerre. Vous avez le déshonneur, et vous aurez la guerre".

 

Je cite, hélas, souvent cette phrase depuis janvier 2009. Jamais je n'ai pu la citer d'une façon à ce point appropriée. Les Etats Unis d'Obama ont choisi le déshonneur, et, même, bien pire que le déshonneur. Les Européens, la France en tête, ont fait le même choix que les Etats Unis d'Obama. Les Etats Unis d'Obama pensent avoir évité la guerre. Les Européens, la France en tête, pensent, comme des sots lâches et myopes, avoir fait avancer je ne sais quelle "paix".

 

Les Etats Unis d'Obama n'auront pas la guerre : ils l'ont déjà sous la forme du terrorisme islamique. La guerre contre les Etats Unis va s'accentuer. Les Européens, la France en tête, n'auront pas la guerre eux non plus, puisqu'ils l'ont déjà eux aussi. La guerre contre l'Europe va s'accentuer elle aussi.

 

Les Etats Unis d'Obama, comme les Européens, la France en tête, pensent qu'en lâchant Israël aux chiens, ils se sauveront eux-mêmes. Ils ne se sauveront pas. Ils semblent imaginer pouvoir s'allier à l'Iran pour combattre l'Etat Islamique, tout au moins c'est ce qu'ils disent : c'est aussi intelligent que prétendre utiliser la peste pour lutter contre le choléra. Ils sont touchés par le choléra et n'osent pas le combattre. Ils subiront bientôt les effets de la peste.

 

Le monde occidental trahit une fois de plus les valeurs qu'il prétend incarner. Israël, une fois de plus, se retrouve quasiment seul à incarner effectivement ces valeurs.

 

Assistons-nous à un suicide collectif du monde occidental par l'intermédiaire de ses lamentables dirigeants ? Il m'arrive de le craindre.

 

Mon espoir est que les propos critiques entendus aux Etats Unis suscitent un sursaut de la population américaine, que celle-ci porte au pouvoir un président digne des Etats Unis en 2016, donc, dans les circonstances actuelles, un président Républicain, et que ce président, ami d'Israël, mette fin au désastre Obama, qui s'accentue de jour en jour. Si un président digne des Etats Unis n'est pas élu en 2016, le pire, vraiment le pire, sera alors à craindre, et je pèse mes mots.

Contenu Correspondant