Share |

Une alyah de A à Z

Une alyah de A à Z

 

 

15 Août, 10h : le taxi nous débarque, nous et notre blinde de bagages (60kg / personne !) à Charles de Gaulle. Après des mois de préparation, de papiers, de cartons (nos meubles et affaires sont déjà partie par bateau et nous rejoindrons par la suite), c’est le grand jour !

Nous voyons les personnes du vol « tapis rouge » précédent (2 départs ce jour-là !) en train d’enregistrer leurs bagages.

Les correspondants de l’Agence Juive de Paris, qui nous ont accompagné depuis le début de nos démarches, présents à CDG depuis tôt le matin, nous donnent les étiquettes destinées à marquer nos bagages (rouge : nous rejoindrons plus tard, jaune pour le ou les bagages que nous désirons garder à l’hôtel le soir même, chaque étiquette portant un numéro correspondant à chacune des familles partant ce jour) ainsi que les derniers conseils.

Notons que la sécurité du comptoir d’El Al est très bien faite (largement différente de ce que l’on peut voir à Bruxelles, par exemple…), avec plusieurs agents israéliens secondés de militaires français qui ne vous laissent même pas accéder aux toilettes situés au fond de la zone sans vérifier vos billets et passeports !

15 Août, 12h00 : à notre tour d’enregistrer nos bagages, avec une heure de retard, les derniers passagers du vol précédent ayant terminé leur check in à 11h45 pour un décollage prévu à 11h30…

Questions sécuritaires habituelles, dans une ambiance cependant plus détendue qu’à l’ordinaire, et avec les bénédictions de rigueur en fin de discussion, alyah oblige

15 Août, 13h30 : après avoir trainé un peu dans les boutiques duty free, nous nous présentons à l’embarquement.

15 Août, 14h00 : les guichets d’embarquement ouvrent enfin. Nous maudissions les retardataires du vol précédent depuis déjà quelques minutes : leur vol est finalement parti avec une bonne heure de retard (nous l’avons vu partir depuis le satellite où nous attendions), et cela faisait donc une demi-heure que nous poireautions debout avec nos différents sacs et nos 2 pauvres chats stressés à mort par le boucan environnant, malgré les calmants qu’ils avaient pris (et oui, toute la famille est partie)

Installation dans le Boeing 777 que l’Agence Juive nous a réservé, le vol n’étant pas, tout comme le précédent, entièrement rempli d’olim mais également de passagers réguliers, probablement pour diluer l’arrivée à Ben Gourion (nous apprendrons le soir même que 250 olim montaient ce jour-là !)

15 Août, 15h00 : avec une demi-heure de retard, adieu la France.

Vol tranquille, à regarder l’une des multiples chaines télé à notre disposition, 4 en français tout de même

15 Août, 20h30 heure israélienne (19h30 heure française) : arrivée à Ben Gourion. Arrivés dans le hall, nous voyons le responsable de l’Agence Juive qui nous attend avec sa pancarte « olim » à la main, et nous extrait du circuit habituel pour nous emmener dans le local où serons faites les premières formalités. Contrôle rapide des passeports et embarquement dans le bus qui nous emmène à ce fameux local, situé dans l’ancien terminal de l’aéroport, celui que tout ceux ayant visité Israël avant l’an 2000 connaissent.

Arrivés sur place, petit discours rapide nous expliquant que du café et des sandwiches sont à notre disposition, ainsi que des téléphones pour passer des appels locaux et une connexion Internet : le luxe ! (si du moins le café avait été moins infect). Il nous est expliqué que le temps de finir avec les olim précédents, ainsi qu’avec ceux arrivant d’Angleterre, nous serons appelé famille par famille dans l’un des bureaux pour effectuer les fameuses formalités (nos passeports avaient été récupérés à l’entrée de la salle et regroupés par famille).

Cela nous laisse le temps de faire prendre un peu l’air à nos deux adorables chats qui se sont tenus presque parfaitement calmes de tout le voyage (et on fait de nous l’attraction du vol), de prendre quelques photos, de passer un coup de fil pour annoncer à la famille et à ce cher JSS que nous avons un peu de retard.

15 Août, 23h00 : nous sommes appelés. Emmanuel, le charmant responsable qui nous accompagne depuis l’arrivé et en est à la quatorzième heure de sa longue journée, nous fait remplir rapidement quelques papiers, nous remet notre « téoudat olé », sorte de passeport qui nous servira par la suite pour toutes les démarches administratives et à obtenir les avantages liés à notre alyah, toute une pochette de documentations diverses nous expliquant tout ce que nous aurons besoin de savoir dans les mois à venir (Sécu, Oulpan, interlocuteurs divers… jusqu’aux règles de sécurité de la baignade en mer), ainsi que la première partie, en liquide, de l’aide financière que nous accorde l’Etat Juif.

On nous offre même un petit agenda qui sera bien pratique pour noter la rafale de rendez-vous qui nous attendent.

Juste avant le départ, des paquets de bonbons sont distribués aux enfants, pour les récompenser de leur patience, la journée ayant été évidemment encore plus longue pour eux que pour leurs parents.

15 Août, 23h30 : nous rembarquons dans le bus pour retourner dans le terminal principal, afin de récupérer nos bagages. Bonne surprise, ceux-ci nous attendent dans le hall, déjà regroupés par famille, un grand chapeau à l’organisation.

Nous demandons, et obtenons (c’est fou ce que cela ouvre comme portes de s’appeler « Gally de JSSNews ») de sortir un peu en avance de la zone (tout en se faisant bien expliquer que le bus ne nous attendra pas, quand même) pour pouvoir rejoindre JSS qui a gentiment accepté de s’occuper 2-3 jours de nos chats, ceux-ci n’étant pas acceptés à l’hôtel (à savoir : si vous voulez ramener vos animaux, oubliez les alyah tapis rouge ou arrangez-vous avec des connaissances sur place) et nous accueille avec un grand shalom et un dictionnaire.

16 Août, 00h30 : nous chargeons, sous la direction de Mikhal, aussi joyeusement dynamique que les conversations téléphoniques passées les mois précédents avec elle le laissaient supposer et qui prend le relai d’Emmanuel, les bagages “rouges” dans le camion qui va nous accompagner, les “jaunes” dans le bus, et direction Jérusalem, pour la Guest House Beit Yehudah, superbe complexe hôtelier parfaitement adapté à la journée chargée qui nous attend le lendemain, enfin quelques heures plus tard, puis-qu’arrivés à 01h30 passées, on nous annonce que nous devrons avoir quitté nos chambres, avoir rendu les clefs et nous être réunis dans le réfectoire pour 09h00 : petit déjeuner pris : ouch !

Le temps de profiter des boissons chaudes et froides, gâteaux et sandwiches mis gracieusement à notre disposition dans le hall, de récupérer nos clés, de rejoindre notre chambre et de prendre une douche rapide, il est déjà 02h30 du matin.

Mais bon, même si la nuit fut courte, nous aurons pu apprécier la qualité des chambres qui ont été réservées pour nous.

16 Août, 09h00 : nous recevons les directives concernant le programme du forum « Premières démarches en Israël » des représentants de l’association francophone « AMI » (« Alyah Meilleure Intégration ») qui accompagneront les représentants de l’Agence Juive pour cette journée.

Problème, ils furent tellement enthousiastes au micro que nous en raterons un appel micro général nous appelant pour signer le papier nécessaire à la délivrance de nos cartes d’identités israéliennes. Mikhal ne pouvant évidemment pas nous attendre indéfiniment (elle devait partir au Ministère de l’Intérieur pour faire faire les cartes des 250 personnes !), nous serons les seuls à ne pas avoir nos « téoudat zéout » délivrées ce jour-là.

Nos bagages “jaunes” sont rassemblés dans une pièce fermée, et nous sommes orientés vers la grande salle de réunion où se déroulera le fameux forum.

16 Août, entre 09h30 et 13h00 auront lieu, selon les cas :

* Des activités pour les enfants dans une pièce séparée où nous pourrons trouver toute la matinée café chaud, gâteau et sandwiches gracieusement mis à notre disposition. Bien vu, vu que certaines des familles avaient jusqu’à 10 enfants avec elles !!

* Pour les Israéliens comme moi (mon père l’étant, je le suis automatiquement, mais étant né et ayant toujours vécu à l’étranger, je suis considéré comme un olé presque comme les autres, au niveau des droits tout du moins), inscription à la Sécurité Sociale.

Note en passant : mon cas semble être assez peu courant, vu comment l’association nous a baladé de comptoir en comptoir inutilement, ne réalisant pas que pour moi les démarches étaient bien plus simples…

* Pour les olims “standards” : ils ont la possibilité, assez formidable il faut bien le reconnaître, de réaliser en une fois une énorme partie des démarches liées à leur installation en Israël :

  • Récupération des coordonnées de l’Agence Juive de la ville où ils vont s’installer.
  • Inscription auprès de la Poste israélienne qui sert de point d’entrée à bien des services (la récupération des masques à gaz, par exemple. Assez étonnant pour ceux habitués au fonctionnement somme toute erratique de la Poste française)
  • Inscription auprès des services médicaux israéliens (Israël ne fonctionnant pas tout à fait comme la France : les médecins dépendent tous d’une caisse d’assurance maladie complémentaire, une « kopat kholim », l’inscription auprès de l’une des 4 existantes est aussi importante que l’inscription à la Sécurité Sociale. Avantage : même si c’est la Sécurité Sociale qui prend en compte cette inscription, les olims ont lors de ce forum la possibilité de voir des représentants des 4 caisses et de faire leur choix.
  • Ouverture immédiate d’un compte en banque, 4 des principales banques israéliennes étant présentes au forum. Cette ouverture est fondamentale pour continuer de recevoir le “panier”, l’aide mensuelle versée pendant 6 mois par l’Etat Juif aux olim.
  • Inscription en tant qu’olé auprès des douanes, pour la détaxation des éventuelles affaires suivant par bateau
  • Ouverture éventuelle d’une ligne téléphonique portable, plusieurs opérateurs étant également présents.
  • Différents autres stands plus ou moins fondamentaux (agence immobilière, journaux (rendez-vous compte, Haaretz était présent, heureusement qu’ils ne m’ont pas approché XD), Union des ressortissants de l’Italie ou de la Belgique, …..)
  • Inscription auprès d’AMI, si ils le désirent, cette dernière se promettant de les accompagner dans les démarches qu’il leur restera à faire, et qui ne sont pas forcément évidente si l’on ne parle pas l’hébreu (je reviendrai sur ce point plus tard)

16 Août, 13h00-14h00 : déjeuner bien mérité, israélien et il faut le noter excellent, Beit Yehuda est vraiment un complexe top.

16 Août, 14h30-15h30 : cérémonie de remise des cartes d’identité israélienne. Grosse grosse déception, celle-ci se déroule à l’hôtel et non au kotel :’(

Mais bon, il faut bien reconnaître que vu que nous étions 250 : avec une proportion énorme d’enfants dont certains en vraiment bas âge, cela aurait été ingérable.

Durant le repas, la salle du forum a été entièrement réorganisée : nous aurons le plaisir d’entendre des musiques traditionnels jouées par un trio de musiciens, suivi de deux discours, l’un prononcé par Natan Sharansky, président international de l’agence juive, nous racontant son alyah de refuznik, l’autre prononcé par le Rav de Raincy qui faisait également son alyah, discours se terminant par une prière aux olim spécialement rédigée pour l’occasion, puis finalement d’assister à la remise des cartes d’identités, accompagnées d’un petit cadeau de bienvenue : une mézuza.

16 Août, 15h30 : début (théorique) du départ de chaque famille pour sa nouvelle destination en Israël. Problèmes, les Français étant, juifs ou non, notoirement indisciplinés, alors qu’il a été clairement demandé aux gens, à la fin de la cérémonie, de rester dans la salle et d’attendre qu’ils soient appelés, destination par destination, pour aller récupérer leurs bagages et de rejoindre l’entrée de l’hôtel pour monter dans l’un des… 60! bus ou minibus qui partiront ce jour-là, 5 minutes plus tard, la salle était complètement vide…

Résultat, quand les premières personnes seront appelées pour rejoindre leur bus (chaque bus ne contenant qu’une à 5 familles, volume de bagages oblige), leur progéniture se sera dispersée dans tout l’hôtel…

16 Août, 17h00 : départ du premier bus… Je suis resté admiratif devant le dévouement, le professionnalisme et la sérénité des responsables de l’Agence Juive (sérénité un peu exaspérée pour Mikhal, mais comment lui en vouloir quand on se retrouve à gérer une colonie de pré-ado en lieu et place de familles ?)

 

16 Août, 19h30 : départ de notre bus pour Ashdod. Des festivités ayant lieu sur Ashdod, nous perdrons un peu de temps dans un bouchon provoqué par un barrage de sécurité et arriverons finalement à destination à 21h00 : mon père et des amis à lui nous attendant pour débarquer notre barda à son appartement, là où nous logerons les premiers jours.

17 Août : voyage à Tel Aviv pour récupérer nos chats chez JSS, et passer un bout de journée avec lui (et en profiter pour nettoyer un peu les indésirables)

18 Août : le matin, nous effectuons les démarches pour obtenir les téoudat zéout que nous n’avions pu avoir, celles-ci étant la condition sine qua non de toute autre démarche (quoi que vous fassiez en Israël, ce sera la première chose qui vous sera demandée. Avantage : vous rentrez dans n’importe quel bureau, on vous demande ce numéro et on retrouve votre dossier sur place, loin du bordel organisé à la française), l’après-midi nous allons chez Ikea acheté les quelques petites choses qui nous manquent pour pouvoir nous installer dans notre nouveau chez-nous, que j’avais trouvé 1 mois plus tôt lors d’un voyage aller-retour de 3 semaines

19 Août : quelques courses d’électroménager (micro-ondes !), une alyah sous les bombes.

21 Août : récupération des téoudat zéout, démarches en mairie (un olé ne paye que 10% des impôts locaux pendant 1 an), modification du compte en banque que j’avais ouvert à mon voyage précédent, pour le passer du statut “touriste” au statut “citoyen” et ajouter ma femme sur tous les contrats, commande des chéquiers, ouverture de la ligne téléphonique chez Bezeq (le France Télécom israélien) et en passant de la ligne internet (qui se fait directement auprès de Bezeq, même si ce n’est pas ce dernier qui nous le fournit : autre simplification assez sidérante pour un français : France Télécom qui vous ouvre votre abonnement chez Free :p ), du contrat pour l’électricité.

Passage au bureau local de l’Agence Juive pour prendre le premier rendez-vous avec le conseiller qui va nous suivre et recevoir en passant les consignes de sécurité que nous avions déjà appris sur le tas le Week End précédent.

Le soir, couché tôt, inutile de le préciser. Heureusement, les sauvages de Gaza ont laissé Ashdod en paix ce soir-là.

22 Août : Rendez-vous avec la conseillère de l’Agence Juive pour lui déposer les coordonnées bancaires, signer quelques papiers et recevoir le papier qui nous permettra de nous inscrire gratuitement à l’Oulpan (Université d’Hébreu).

Le restant de la journée, nettoyage de l’appartement qui, étant resté vide un certain temps, le nécessitait fortement.

23 Août : journée bloquée à l’appartement. Le matin, le technicien Bezeq passe pour nous installer la ligne téléphonique et l’abonnement internet, je récupère le Web.

L’après-midi, nous attendrons le technicien de la climatisation appelé par le propriétaire en finissant de laver l’appartement et vidant les valises : ce clown de technicien ne passera jamais, le propriétaire finira par passer régler le problème lui-même…

24 Août : contrat de gaz, passage à la société de déménagement amenant nos meubles pour quelques formalités, dont des démarches finales en douane, courses au supermarché pour remplir le frigo (vu que nous nous y installions définitivement le soir même, fallait bien prévoir de quoi manger quand même)

25 Août : récupération de la carte temporaire de complémentaire santé afin de pouvoir effectuer les démarches médicales liées à la validation du permis de conduire (opticien pour test de la vue, médecin pour bilan de santé) que nous faisons dans la foulée.

Nous aurons couru tous les jours, parcourant plusieurs kilomètres à pied sous le soleil israélien, pour clôturer toutes ces démarches.

Ne nous restera plus qu’à faire, ce Dimanche, que l’inscription à l’Oulpan, les démarches au ministère des transports pour pouvoir m’inscrire en auto-école et passer la leçon obligatoire pour la validation de mon permis de conduire français. Ouf.

Je tiens, pour conclure, à remercier très fortement Pavel et Lior, les 2 correspondants de l’Agence Juive de Paris, ainsi que Nelly, notre interlocutrice téléphonique depuis Jérusalem, qui nous ont accompagnés dans toutes les démarches pré-alyah, Emmanuel pour sa gentillesse à l’aéroport, Mikhal Cohen et Yaël Toledano pour leur impressionnant sens de l’organisation et la patience phénoménale dont elles ont su faire part à Jérusalem, JSS pour s’être gentiment occupé de nos 2 monstres, et un grand remerciement à mon père qui nous a accompagné dans toutes nos démarches à Ashdod : même si son dynamisme nous a mis sur les genoux, il a su, autant par sa maitrise de l’hébreu qui est sa langue maternelle que par son sens du contact faciliter et accélérer grandement nos démarches.

Contenu Correspondant