Share |

Souvenirs

septembre 4, 2022

Ce jour-là, au 114 Boulevard de Montmartre, l’ascenseur était en panne, et Edmond Amran El Maleh m’attendait en haut de la rampe d’escalier. Il me parut alors si vieux et sage que je ne l’imaginais pas quittant son domicile et remontant tous ces étages. 

CHRONIQUE DE MOGADOR : LE CHEIKH EL MALEH, par Ami Bouganim

septembre 4, 2022

1- Le gros est toujours le gardien

2- Le match se termine uniquement si tous les joueurs sont fatigués (sauf règle 6)

3- Peu importe le score, l'équipe qui marque le dernier but remporte le match

LES RÈGLES DE JEUX DANS NOTRE ENFANCE

 

 

1- Le gros est toujours le gardien

2- Le match se termine uniquement si tous les joueurs sont fatigués (sauf règle 6)

septembre 4, 2022

De 1971 à nos jours, traces d'une communauté juive marocaine, entre absence et présence, entre exode et retour.

Vie juive en pays rural marocain

De 1971 à nos jours, traces d'une communauté juive marocaine, entre absence et présence, entre exode et retour.

août 29, 2022

Dans le temps, avant la caisse à merveilles (c’est ainsi qu’on nommait la télé qui n’était alors qu’en noir et blanc), avant ses premières cocasseries théâtrales temtiliennes, on n’avait que des diables en boîte ou diables à ressort.

LE DIABLE EN BOITE, par Ami Bouganim

août 21, 2022

Tmima quittait son mellah tous les jours, de son pas nonchalant, un panier en osier qu'elle balançait d'une main pour récolter son salaire, l'équivalent d'une théière remplie de blé, tandis que de l'autre, elle tenait son petit dernier. Elle ondoyait son corps altier aux seins lourds, la tête couverte, drapée dans son izaar retenu par un losange en argent parfaitement ciselé, une ceinture épaisse à la taille enserrant une large jupe qui claquait au vent dans ces petites ruelles poussiéreuses des villages marocains.

Tmima la nourrice

 

août 14, 2022

Jusqu’en 1950, et en dépit de notre grande maison et de son luxe, nous n’avions pas de salle de bain pour la simple cause que très peu d’entre les habitants du Mellah avaient pris connaissance de cet élément indispensable. Tous employaient de grandes bassines en aluminium qu’ils remplissaient d’eau chaude et plongeaient dedans.

LE COIN DE NOSTALGIE – LE HAMMAM DE MARRAKECH, par Thérèse Zrihen-Dvir

août 14, 2022

J’empruntais l’impasse Bouhenna et marchais bien au milieu de la ruelle puisqu’il n’y avait pas de trottoir, esquivais pierres et quolibets de quelques arabes, aidais à freiner quelques forcenés à bicyclette, essuyais des remarques dans le style de “ sale porc” et “ sale juif ” et débouchais gaiement sur le boulevard Moulay Youssef

 

L’École de l’Alliance Israélite Universelle.

 

 

août 7, 2022

Et quelles sont-elles? Par ordre de leur apprentissage au cours des années:Le Français, l’Arabe, (ال عربي) l’Espagnol( español),  l’Hébreu,( עברית) l’Anglais (English)  et l’Italien ( italiano).

Je suis les 6 langues que je parle, par Jacques Hadida

Et quelles sont-elles?

Par ordre de leur apprentissage au cours des années:

Le Français, l’Arabe, (ال عربي) l’Espagnol( español),  l’Hébreu,( עברית) l’Anglais (English)  et l’Italien ( italiano).

J’ai aussi le privilège de lire et écrire ces langues.  Qui dit mieux?

août 7, 2022

Synonyme de ghetto pour juifs marocains pour les uns, de tolérance et de dialogue interreligieux pour d’autres, ces quartiers très riches par l’histoire et les leçons de vie sont de plus en plus délaissés, à en croire les témoignages de leurs anciens et actuels habitants.

Les mellahs : Histoire des quartiers juifs au Maroc

 

 

« Mellah ». Ce mot vous parle-t-il ? Synonyme de ghetto pour juifs marocains pour les uns, de tolérance et de dialogue interreligieux pour d’autres, ces quartiers très riches par l’histoire et les leçons de vie sont de plus en plus délaissés, à en croire les témoignages de leurs anciens et actuels habitants.

juillet 31, 2022

Une vidéo rare des Archives de l'United Jewish Appeal montre cette harmonie et fraternité que les anciens marocains nos parents partageient dans une cohabitation et respect mutuel qui a malheureusement disparu.

Les juifs marocains avant leur depart

Une vidéo rare des Archives de l'United Jewish Appeal montre cette harmonie et fraternité que les anciens marocains nos parents partageient dans une cohabitation et respect mutuel qui a malheureusement disparu.

juillet 31, 2022

Etymologiquement, le mot « melh » signifie en arabe « sel » tandis que « mellah » désigne le lieu où l’on conserve les produits avec le sel des « saloirs ». D’une façon générale au Maroc, le Mellah signifie surtout le quartier réservé aux habitants de confession juive.

MAROC MELLAH - DANIEL RIMOKH

 

 

juillet 17, 2022

Tout Casablancais vous le dira : «à voir l'état  du Bd Mohammed V, j'ai l'impression qu'une partie de mon enfance m'a été dérobée». Bien sûr, nous parlons de ceux qui ont connu cette artère du temps de sa superbe, à l'époque où cette voie était digne de porter un nom aussi chargé de sens et d'histoire.

Le boulevard Mohammed V : La plus jolie promenade de notre enfance 

juillet 17, 2022

Parmi les histoires presque oubliées de la période de la Shoa il y a celle d’Hélène Cazes-Benattar qui durant la Seconde Guerre mondiale devint à elle-seule une véritable institution de sauvetage de ses frères juifs européens réfugiés au Maroc. Née Cazes en 1900 à Tanger, elle « émigra » à Casablanca et épousa Moshé Benattar.

Une héroïne juive : Hélène de Casablanca

 

 

 

juillet 12, 2022

Cinq heures, la cloche a sonné, l’école vient de finir. -Caliente ! Caliente ! Le marchand de jaban, celui des beignets, la charrette du marchand de cacahuètes ; tout le monde est au rendez-vous.

LE GOUT DES CONFITURES

 

 

-David ! David ! EIie! Elie! Où courent-ils ainsi, leurs cheveux frisés, mouillés, collés sur leur visages vifs, désordonnés ?

Cinq heures, la cloche a sonné, l’école vient de finir. -Caliente ! Caliente ! Le marchand de jaban, celui des beignets, la charrette du marchand de cacahuètes ; tout le monde est au rendez-vous.

juillet 3, 2022

Charly était l’homme de toutes les heures. Petit de taille, les oreilles en ailes papillon, il avait le sourire facile et franc. Durant nos voyages scouts dans l’Atlas ou en Europe, ce Marrakchi relevait tous les défis avec brio et réglait en un rien de temps tous les imprévisibles.

Charly que j’ai connu, par David Bensoussan

 

Le film Mizrahi, Les oubliés de la Terre promise a été dédié par sa fille Mikhale à mon ami d’enfance Charly Bouganim avec lequel j’avais participé à de nombreux camps et voyages des Éclaireurs israélites du Maroc.

juillet 3, 2022

Une porte, au bout de cette rue, raconte une histoire de trahison et de vocation, de séduction et de résistance, de grandeur et de bassesse. Nous sommes au milieu du XIXe siècle, les grands négociants juifs étendent leur commerce extérieur avec l'Angleterre. 

CHRONIQUE DE MOGADOR : LA RUE AVEUGLE
Ami Bouganim

juillet 3, 2022

Une génération qui envoyait des lettres...
Qui dansait les slow.
Une génération qui est allée à l'école et est revenue à pied.
Une génération qui a fait ses devoirs seule pour sortir le plus vite possible jouer dans la rue.

NOUS SOMMES UNE GÉNÉRATION QUI NE REVIENDRA PLUS JAMAIS...

 

juin 19, 2022

Avant sa mort, Albert avait fait en la présence de Georges et de Joseph, le fils d'Henri, un accord avec ce dernier, qui disait, que si l’un d’eux devait mourir, le survivant serait responsable pour l’enfant de l’autre et devrait faire de son mieux pour le marier avec une fille sérieuse et de bonne famille.

L’épreuve du mariage
par Emile M Tubiana

 

juin 19, 2022

A tour de rôle, nous avons fréquenté la garderie voisine, de l'école Charcot, avant d'user nos culottes sur les bancs de l'école d'Anfa, toute proche. Les nombreux souvenirs que j'ai conservés de cette école, des instituteurs et de son directeur Mr Lebouté

Souvenirs de vie d’un enfant de Casablanca

 

Je suis né en 1948, à Casablanca, rue du sergent Jean Marc Jacquemin, dans le quartier Bourgogne.

mai 29, 2022

Marrakech Cité éternelleraconte la ville ocre du Sud du Maroc grâce à des photos de particuliers et à des cartes postales signées Maillet, Félix ou encore LL. Elles témoignent d’une ville agréable à vivre, une ville-jardin riche de monuments anciens d’une grande beauté architecturale et qui pour ceux qui les recevaient permettaient de découvrir un monde ignoré, exotique et dépaysant.

Marrakech Cité éternelle, par Elsa Nagel

 

mai 22, 2022

J’habite au Maroc après un demi-siècle d’absence à Los Angeles. Pourquoi ? Le soleil, la menthe, la Loubia ? Oui.

Le petit fils du Rabbin, par Victor Ihyia Assouline

 

La vie est un labyrinthe, envloppée d’un mystère et entourée d’une énigme. (Shlomo kezbour)

Le site Dafina.net vient de republier un article (j’suis pas touriste, moi ! Dans lequel je racontais ma première visite au Maroc après plus de cinquante ans. J’ai pensé donner suite à cette belle aventure.

mai 22, 2022

J’ouvre l’œil ce 24 Mai 1944 à Casablanca et j’estime être né sous de bons auspices, en tout cas sous des auspices très particuliers. L’Allemagne nazie recule sur tous les fronts. Un vent de renouveau flotte dans l’air et particulièrement pour les juifs. 

Une enfance privilégiée, par Randolph Benzaquen

 

mai 15, 2022

Chaque famille avait son tour, jour où la terrasse lui appartenait en propre. Personne d’autre ne pouvait  laver, étendre, sécher son linge, à part celui qui en avait  le droit exclusif ce jour là et ce jour-là seulement!

 

Jour De Lessive

de Bob Oré Abitbol

 

mai 1, 2022

Ah ! Mes’ouda ! la Bienheureuse ! de mémoire bénie, celle-là même qui tenait l’Atlantic Hôtel ! Dans l’impasse de l’ancienne église franciscaine, en vieille casbah, du côté de la scala, dans les années 50 et 60, à une époque où un riad passait pour un palace et où l’on en comptait une petite poignée. 

 

 

CHRONIQUE DE MOGADOR : LE RIAD DU BONHEUR
Ami Bouganim

Contenu Correspondant