Share |

Le Marcheur de Fès, par Eric Fottorino: Maurice le Fassi

 

Le Marcheur de Fès, par Eric Fottorino: Maurice le Fassi

 

Par Marianne Payot

 

 

Avec Le Marcheur de Fès, Eric Fottorino revit la jeunesse de son père biologique. Vibrant. 

 

Finalement, il y est allé tout seul. Sans son père "naturel", ce médecin gynécologue dépisté à l'âge de 17 ans, puis dédaigné trente ans durant, et avec qui, enfin, il s'est réconcilié. Ce père, Maurice Maman, qui, avec l'autre père, l'adoptif, Michel Fottorino, nourrit depuis 2009 l'oeuvre du journaliste et écrivain Eric Fottorino. Donc, Eric est parti pour Fès, mettre ses pas dans ceux de Moshé-Moïse le Fassi, devenu Maurice le Français, reconstituer l'enfance et la jeunesse de cet homme qui, repoussé par "sa belle-famille" catholique de Bordeaux, n'éleva pas son fils. 

"Je cherche tes racines"

Tandis que Maurice lutte contre les tumeurs qui assaillent ses reins, Eric creuse ses origines. Dans l'ancien quartier juif du Mellah, fort, au début du protectorat, de quelque 20 000 âmes, protégées puis discriminées au fil des conflits du Moyen-Orient, le "fils par raccroc" trébuche sur des ombres. Là, le cimetière où repose la soeur de son père, morte à 17 ans dans un accident de voiture; ici, des ruelles défigurées avec, au loin, la sublime Karaouine, la plus ancienne mosquée-université du monde. Maurice, le basketteur averti, vivait à deux encablures de là, dans la ville qui n'a plus de nouvelle que le nom. 

A 16 ans, fasciné par la modernité et par la France, le futur Dr Maman s'éloigna de la pratique religieuse, préférant les séances du cinéma le Bijou à la Torah. "Je cherche tes racines, pas une religion", lance Eric. Pourtant, c'est aussi cela que le fils est venu appréhender ici, cette part de judéité en lui qui lui est étrangère. Sautant les décennies, Le Marcheur de Fès chemine, tente de renouer le fil, doute, est pris de vertige, comme "en flagrant délit de mensonge". 

Comment être plus lucide? Plus sincère? Plus aimant? Avec ce troisième récit dédié au(x) père(s), Eric Fottorino nous livre encore une fois une partition délicate, aussi grave que tendre. 

 

Le Marcheur de Fès, par Eric Fottorino. Calmann-Lévy, 192 p., 16,50euros. 

En savoir plus 

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

j'ai adoré ce livre si plein de mes propres souvenirs d'enfance ; je l'ai lu et relu ; et je me suis tellement souvenue ; je l'ai offert à mes enfants (qui profitent de mes lectures) à ma sœur si loin de moi, à ma petite cousine pour son anniversaire...Je ne ferai qu'un commentaire : il faut lire Fotorino. Je suis Originaire de Fes

Je l'ai lu avec un bonheur sans précédent. J'ai mis mes pas dans ceux de Fotorino et je suis partie à la recherche de ma jeunesse, dans le mellah de Fès ; et j'ai retraversé ma rue étroite et sombre, le marché ou ma mère allait acheter et faire tuer son poulet pour pessah, le cimetière, ma tante vivait dans la grande rue en face... Tout ce temps passé si vivant encore. J'ai acheté et offert un peu autour de moi ce livre pour partager cela comme un trésor. Merci Monsieur Fotorino pour votre cadeau

Contenu Correspondant